•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Panthère noire : du jamais vu, enfin!

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le personnage de la Panthère noire tend les bras durant une scène du film éponyme.

Chadwick Boseman incarne la Panthère noire.

Photo : allstar/marvel studios/disney / Marvel Studios

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Avant même sa sortie en salle, il a fait la une des prestigieux magazines Time et Wired. Sur Internet, les réseaux sociaux s'emballent et la prévente des billets bat des records. Pourquoi tout cet engouement? Simplement parce que Panthère noire s'aventure où personne n'est allé avant. Une petite révolution.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

Le royaume de Wakanda, en Afrique, existe depuis 10 000 ans et ses habitants vivent coupés du reste du monde grâce au vibranium, un métal très précieux et puissant qui leur a permis de construire une cité prospère. Alors qu’une bonne partie du continent africain est sous-développé, les Wakandais ont développé des technologies supérieures à celles utilisées par le reste de la planète. Ils ont un roi doté de superpouvoirs : T’Challa (la Panthère noire). Celui-ci veille au bien de sa communauté, qui vit en harmonie. Il s’agit d’un paradis pour les Noirs, un lieu d'où ils n'ont jamais été déracinés. Cet univers est, vous l’aurez compris, fictif. Il a été créé en 1966 sous forme de bande dessinée, par Stan Lee et Jack Kirby de la compagnie Marvel, à une époque où le mouvement des droits civiques battait son plein aux États-Unis.

Afrofuturisme

Dans le film signé Ryan Coogler (Creed : l'héritage de Rocky Balboa) et qui sera porté à l’écran vendredi, le royaume de Wakanda créé par Marvel reprend vie sous la forme d’une mégaproduction hollywoodienne. L’histoire pourrait se résumer à un affrontement entre deux aspirants au trône qui ont des visions diamétralement opposées pour leur cité. L’un souhaite que le royaume demeure secret, l’autre voudrait que tous les Noirs de la planète possèdent la technologie des Wakandais pour organiser une grande révolte contre l’ordre établi. Ce n’est pas un film d’action typique, car il y a beaucoup plus derrière le miroir où légendes, rêves et réalités politiques s’entremêlent. L’essence même de ce film est cette proposition de voyage dans un monde africain.

La bande-annonce de Panthère noire (en anglais)

Film-événement

Panthère noire excelle dans l’afrofuturisme, mais c’est dans sa représentation des personnes noires qu’il gagne sur tous les fronts et que le film opère une révolution cinématographique. Bien sûr, ce n’est pas la première fois qu’un acteur noir tient le rôle de héros dans un film. Il y a eu entre autres Wesley Snipes (Blade I, Blade II, Blade : Trinity), Halle Berry (la série X-Men) et Anthony Mackie (la série Captain America). Mais la plupart du temps, ils étaient minoritaires parmi les Blancs.

Pour la première fois, un superhéros africain (interprété par Chadwick Boseman) détient la clé pour sauver le monde avec d’autres superhéros (tous des Noirs). Seuls deux rôles secondaires ont été attribués à des Blancs. Il s'agit d'un contraste marquant, même déstabilisant, à une époque où le langage cinématographique est la plupart du temps celui des Blancs. Un langage, rappelons-le, qui finit invariablement par s'imposer comme la norme dans toutes les œuvres culturelles, et ce, à l'échelle mondiale. C’est un changement de paradigme important, une image forte qui détonne par rapport à tout ce qu’on a pu voir dans le cinéma moderne nord-américain à gros budget. Il faut le voir pour le croire.

À bas les stéréotypes

La culture africaine est au cœur de la fierté de ce film où musique, costumes et décors nous présentent un monde bien loin de Gotham City (ville de Batman) et de la planète Krypton (terre natale de Superman). Le pari de ne pas faire de compromis et de produire un film qui, à première vue, pourrait s’adresser à un public bien ciblé est audacieux. Mais en ôtant ses ornières, on découvre le monde fabuleux de Wakanda, la terre promise. Ici, les superhéros noirs ne sont pas des épiphénomènes, ils sont majoritaires et salvateurs. Les femmes sont fortes, à la même hauteur que les hommes, dans une société fière.

Pendant 134 minutes, on s'éloigne de la violence policière, de la violence du milieu carcéral, de la violence des ghettos. Les personnes noires sont dépeintes sous une lumière favorable, elles sont à la tête d'un pays qui a toujours été libre. Ces images puissantes apportent un peu de baume sur les plaies, les leurs et les nôtres, en nous faisant oublier, l'espace d'un instant, les fractures de nos sociétés métissées.

Une question demeure après avoir vu Panthère noire : pourquoi a-t-on attendu jusqu’en 2018 pour produire un tel film?


Réalisateur : Ryan Coogler
Acteurs en vedette : Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Forest Whitaker et Lupita Nyong'o
Sortie en salle le 16 février 2018
Cote : 4/5

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !