•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raymond Cormier avait la housse de couette, selon une ancienne connaissance

Un dessin du profil du visage d'un homme.

Raymond Cormier, accusé du meurtre non prémédité de Tina Fontaine, une adolescente de 15 ans, à l'été 2014.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Raymond Cormier avait une housse de couette avec « des motifs automnaux », affirme Ernest DeWolfe, une ancienne connaissance de l'accusé.

Un texte de Denis-Michel Thibeault

À la cour, Ernest DeWolfe a témoigné que Raymond Cormier était propriétaire d'une housse de couette identique à celle qui a été utilisée pour envelopper le corps de Tina Fontaine. Il dit avoir vu la housse de couette en août 2014 au 22, avenue Carmen, la résidence de Sarah Holland. Ernest DeWolfe a déclaré que l'accusé avait alors sorti la housse de son sac et l'avait placée sur le sol.

Rectificatif : Une première version de ce texte affirmait qu'Esrnest DeWolfe avait dit avoir vu la housse de couette en août 2017 alors qu'il avait plutôt parlé de 2014.

C'est en septembre 2014, alors qu'il était détenu à la prison de Milner Ridge, qu'Ernest DeWolfe a contacté les policiers afin de donner les informations qu'il détenait. Il a expliqué que c'était important pour lui parce que « les allégations concernaient une enfant ».

La grand-tante de Tina Fontaine, Thelma Favel, a quitté la cour en larmes quand elle a entendu M. DeWolfe expliquer que Raymond Cormier lui avait confié avoir eu une relation sexuelle avec l'adolescente. Ernest DeWolfe a dit se souvenir de la scène comme étant étrange parce qu'il croyait que Tina Fontaine était adolescente. Raymond Cormier lui aurait dit qu'elle avait en fait 18 ans.

Le 15 août 2014, le témoin a demandé à l'accusé les raisons de la dispute dans la ruelle avec Tina Fontaine. Raymond Cormier lui aurait dit qu'elle était furieuse parce qu'il lui a fait des avances sexuelles. L'accusé aurait aussi dit à M. DeWolfe que l'adolescente lui avait dit qu'elle le dénoncerait à la police à propos du camion volé. Le témoin a dit avoir eu peur que la police vienne à la maison. Selon Ernest DeWolfe, Raymond Cormier lui aurait dit qu'« il s'en est occupé ».

Ernest DeWolfe a témoigné qu'il savait que Raymond Cormier avait volé un « Ford F-150 foncé » et que le camion était régulièrement au 22, avenue Carmen. L'accusé lui aurait affirmé avoir volé le camion avec les outils à l'intérieur. Raymond Cormier aurait ensuite expliqué à Ernest DeWolfe qu'il avait vendu le camion, le 15 août.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Saskatchewan

Procès et poursuites