•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Banff se prépare pour la légalisation de la marijuana

D'un côté, on voit la municipalité de Banff, avec deux filles qui traversent la rue et la montagne en arrière, de l'autre on voit quelqu'un en train de faire pousser un plant de marijuana.
Le nombre de touristes et le fait que la municipalité de Banff est si petite compliquent la création de règlements municipaux pour encadrer la vente de marijuana, une fois qu'elle sera légalisée. Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

Le conseil municipal de Banff devra mettre en place des règlements pour encadrer la vente de cannabis, avant l'échéance du 1er juillet, lorsque la légalisation prévue par le gouvernement fédéral entrerait en vigueur.

Comme toutes les municipalités, Banff doit décider où les magasins de cannabis pourront s’installer et quelles règles vont régir leur emplacement.

Le conseil municipal devra notamment décréter à quelle distance les commerces devront être les uns des autres, et quelle sera leur proximité par rapport aux écoles et aux garderies.

Il pourrait aussi limiter les endroits où la consommation de marijuana sera permise.

Banff est différente des autres municipalités, car son centre-ville est petit et concentré. La ville est aussi un attrait touristique pour des millions de visiteurs chaque année.

Dave Martin, le président de la clinique Compass, une entreprise de cannabis établie à Calgary et à Kelowna, en Colombie-Britannique, a discuté avec le conseil municipal lundi.

« Il y a du cannabis à Banff aujourd’hui. Je ne crois surprendre personne en disant ça », a dit Dave Martin, qui a aussi parlé des avantages économiques liés à la légalisation de la marijuana.

Portion de trottoir et de piste cyclable sur fonds de montagne enneigéeLe nombre de véhicules en circulation à Banff et à Canmore augmente à chaque année. Photo : Radio-Canada / François Joly

Dave Martin a conseillé à la Municipalité de ne pas laisser les commerces de cannabis s’agglutiner dans un seul endroit. Ces derniers devraient plutôt être répartis sur un espace plus grand, afin que les avantages soient partagés avec d’autres entreprises.

« Si les gens viennent pour du cannabis, ils vont magasiner dans cet endroit, explique-t-il. C’est un avantage tant que [les commerces de cannabis] sont répartis à travers la communauté. »

La popularité de Banff auprès des touristes explique l’intérêt des grandes entreprises qui veulent s’y installer, selon la Municipalité. Certaines pourraient ouvrir leurs portes sur l’avenue Banff, au coeur du centre-ville.

C’est pourquoi le conseil municipal veut être prêt à répondre à toutes les questions, selon Randall McKay, le directeur de la planification et du développement de la Municipalité.

Les gens voient une occasion de tirer profit du nouveau genre de commerce qu’on va voir dans la société, [ils veulent en] faire partie.

Randall McKay, le directeur de la planification et du développement de Banff

Le conseil municipal étudie la possibilité d’ajuster la réglementation pour mieux encadrer la création possible de futurs commerces de cannabis sur des terrains municipaux.

Selon Randall McKay, le conseil municipal va discuter de ce sujet plus tard en février. Mais il craint de manquer de temps parce que, selon le projet de loi du gouvernement fédéral, la marijuana pourrait être légale à compter du 1er juillet.

Le fédéral a le droit de veto

Peu importe les règlements mis en place par les municipalités, le gouvernement fédéral a le droit de veto.

C’est pour cela qu’il faut trouver un équilibre, affirme Randall McKay.

« Banff a un profil non seulement régional, mais aussi national et international, et je crois qu’on veut s’assurer de faire les choses correctement, avant d’ouvrir nos portes », dit-il.

D’après des informations de Scott Dippel, CBC News

Alberta

Politique municipale