•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rivière-du-Loup abandonne le projet de stationnement demandé par Prelco

Prelco souhaite obtenir l'autorisation de la ville de Rivière-du-Loup de stationner ses camions sur un terrain situé face à son siège social.

Prelco souhaite obtenir l'autorisation de la ville de Rivière-du-Loup de stationner ses camions sur un terrain situé face à son siège social.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Rivière-du-Loup abandonne le projet de stationnement de camion sur le boulevard Cartier, souhaité par l'entreprise Prelco.

Un texte de Patrick Bergeron

Au total, 198 personnes du secteur se sont opposées au projet parce que le stationnement aurait été près de leurs résidences. Elles ont demandé la tenue d'un référendum.

Devant cette importante mobilisation - un peu plus de 200 personnes du quartier pouvaient signer cette demande - , la mairesse Sylvie Vignet confirme que la Ville n'ira pas plus loin dans ce projet et que le référendum ne sera pas nécessaire.

Près de 40 signatures lors d'un référendum auraient pu bloquer le projet. Mme Vignet rappelle que la tenue d'un tel événement aurait coûté 25 000 $ à la Ville.

Nous allons continuer de travailler avec Prelco pour trouver d'autres solutions.

Une citation de : Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup
Les résidents craignent que l'aménagement d'un stationnement pour camions semi-remorque amène une dévaluation de leur maison. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les résidents craignent que l'aménagement d'un stationnement pour camions semi-remorque amène une dévaluation de leur maison.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

De leur côté, les opposants se disent satisfaits de la décision de la Ville. Selon leurs dires, le projet de Prelco aurait défiguré ce secteur et aurait eu un impact important sur leur qualité de vie.

Pierre Racine reste toutefois aux aguets. Il rappelle que la compagnie a proposé trois projets au cours des derniers mois pour régler son problème de stationnement de ses camions et de ses remorques.

Même des résidents un peu plus loin dans le quartier dénonçaient le projet de Prelco.

Une citation de : Pierre Racine, opposant au projet

Fait à noter : les dirigeants de la Ville n'ont pas informé la compagnie avant de rendre leur décision publique. La mairesse Sylvie Vignet souhaite que ce choix ne mine pas les relations entre la Ville et le promoteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !