•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux universités en Nouvelle-Écosse examinent de possibles liens historiques avec l'esclavage

L'Université de King's College, à Halifax.

L'Université de King's College, à Halifax.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université de King's College, à Halifax, l'une des plus anciennes universités au Canada, enquêtera sur ses possibles liens avec la pratique de l'esclavage. Des recherches semblables auront également lieu à l'Université Dalhousie.

L’esclavage a existé en Nouvelle-Écosse jusqu’en 1834. La période étudiée ira de la fin du 18e siècle et le début du 19e siècle. L’examen des faits va inclure les travaux de chercheurs indépendants canadiens et américains.

« Durant la période en question, King’s était la seule université en Nouvelle-Écosse, alors ceci est d’importance provinciale et, à notre avis, nationale », indique le recteur de l’Université de King’s College, William Lahey.

L’espoir d’une université plus accueillante

Le recteur William Lahey explique que l’objectif est d’examiner le passé de l’établissement d’une manière ouverte et honnête.

Il souhaite que l’exercice puisse rendre l’école la plus accueillante possible pour diverses communautés, incluant les Afro-Canadiens en Nouvelle-Écosse. Il dit que l’université collaborera avec la communauté pour mener à bien ses travaux.

« Nous espérons que cela pourra constituer les bases d’une relation plus forte avec la communauté Afro-Néo-Écossaise, parce que cette histoire est évidemment d’une grande importance pour elle », dit-il.

Des étudiants profitent du soleil sur le campus de l'université King's College à Halifax
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des étudiants profitent du soleil sur le campus de l'université King's College à Halifax

Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

L’Université de King’s College a été fondée en 1789 par des Loyalistes. L’école a des liens avec le King’s College de New York, qui est devenu l’Université Columbia après la Révolution américaine. Columbia a récemment publié une recherche démontrant que son prédécesseur avait été impliqué dans l’esclavage. Il est donc important que l’université néo-écossaise prenne en considération ces découvertes, croit M. Lahey.

Des recherches semblables à Dalhousie et ailleurs

D’autres universités ont procédé à des recherches similaires ces dernières années, dont Harvard, Georgetown, Brown, Rutgers et l’Université de Virginie aux États-Unis, ainsi que l’Université de Glasgow en Écosse et celle de Bristol en Angleterre.

Certains établissements ont été critiqués pour avoir souligné leur rôle dans l’abolition de l’esclavage, tout en omettant le fait qu’ils avaient eu des esclaves dans le passé. À Washington, l'Université de Georgetown, par exemple, avait en 1838 vendu 272 esclaves pour sauver l’institution de la ruine financière.

Dans le sud des États-Unis, l’Université du Mississippi a reconnu en 2017 par la pose de plaques commémoratives le travail forcé des esclaves qui ont construit certains bâtiments du campus.

Les chiffres 1818 et 2018 plantés dans la pelouse devant l'Université Dalhousie.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Université Dalhousie, à Halifax, célèbre ses 200 ans.

Photo : Associated Press, CBC / Brian MacKay

William Lahey estime que le moment est bien indiqué pour procéder à cet exercice, puisqu’un autre établissement d’enseignement supérieur à Halifax, l’Université Dalhousie, à laquelle King’s est affiliée, a récemment annoncé un comité chargé d’examiner les actions de son fondateur envers les esclaves de descendance africaine ayant fui la guerre de 1812 aux États-Unis pour se réfugier en Nouvelle-Écosse. Dalhousie célèbre en 2018 ses 200 ans.

L’enquête de l’Université King’s College devrait se conclure au début de l'année 2019.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...