•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La quête du partenaire idéal à l'ère des applications de rencontre

Une rose déposée sur une table avec des pétales et un vase rempli de bonbons rouges. Une personne regarde son téléphone cellulaire à l'arrière-plan.

Trouver l'amour à l'ère des applications

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Radio-Canada

TABLE RONDE | Est-il facile de trouver l'amour à l'ère des applications comme Grindr, Bumble et Hinge? Comment ces applications influencent nos relations interpersonnelles?

La chef d'antenne du Téléjournal Ontario Gabrielle Sabourin rencontre cinq célibataires et deux experts pour discuter avec eux de cette fameuse quête du partenaire idéal.

Ils abordent différents thèmes comme la fantômisation ou ghosting, la sélection du partenaire à l'ère virtuelle, l'abondance de choix, la peur de manquer quelque chose ou FOMO (fear of missing out) ou le concept de ludification.

Les cinq célibataires

Alex, Élodie, Jeannine, Camille et Maxime ont tous des parcours différents. Leur seul point commun? Ils habitent Toronto et utilisent ou ont tous déjà utilisé des applications de rencontre.

C'est facile de rencontrer des gens, mais ensuite d'entretenir la relation, c'est difficile. C'est éphémère.

Élodie

Nous sommes dans un système de consommation. Si tu ne m'intéresses plus, je te coupe.

Maxime

Les deux experts

Jade Roy-Boulet, psychothérapeute et conseillère conjugale à KMA Therapy, et Stéphane Couture, professeur de communications au Campus Glendon de l'Université York, ponctuent la discussion et donnent leur avis.

La ludification, c'est ce qu'on retrouve dans beaucoup de médias sociaux. C'est cette tendance au jeu. Tout devient un jeu. Les sites de rencontre vont dans cette tendance-là qui est plus générale.

Stéphane Couture, professeur de communications au Campus Glendon de l'Université York

La fantômisation, c'est de l'évitement. On est programmés pour le confort. Si on peut éviter une conversation difficile, je pense que la majorité des gens seront tentés de le faire.

Jade Roy-Boulet, psychothérapeute et conseillère conjugale à KMA Therapy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Applications mobiles

Société