•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fabricant de l'OxyContin n'en fera plus la promotion auprès des médecins

Huit comprimés d'OxyContin sur un morceau de tissu

Des comprimés d'OxyContin

Photo : Reuters / George Frey

Radio-Canada

Le fabricant de l'OxyContin, Purdue, cessera de faire la promotion de ce puissant opioïde auprès des médecins américains, a annoncé la compagnie samedi.

Purdue a également réduit son équipe de représentants de moitié et celle-ci se concentrera désormais à la promotion d'autres médicaments vendus par l’entreprise.

Cette décision fait suite aux multiples poursuites intentées contre la compagnie, qui est accusée d’avoir facilité la crise des opioïdes qui fait rage aux États-Unis et au Canada.

Par ailleurs, un recours collectif a forcé Purdue à verser une somme de 20 millions de dollars à une centaine de Canadiens qui la poursuivaient pour ses méthodes dans la vente de l’OxyContin et de l’OxyNEO. Les juges de la Nouvelle-Écosse, de l'Ontario et du Québec ont autorisé cette requête; la Saskatchewan doit l'autoriser.

Purdue a également dû verser une somme de 600 millions de dollars en 2007 après qu’une enquête fédérale américaine a prouvé que l’entreprise n’avait pas pris au sérieux les dangers liés à la consommation de l’OxyContin.

La firme, ainsi que plusieurs autres fabricants d'opioïdes, doit se défendre lors de plusieurs poursuites les accusant d'avoir embauché plusieurs conseillers influents qui auraient encouragé sa « surordonnance » en surestimant les bienfaits du médicament.

L’OxyContin, lors de sa mise en vente en 1995, était considéré comme un traitement révolutionnaire de la douleur chronique. Un comprimé permet de libérer dans le corps d'un patient de l’oxycodone pendant une période de 12 heures.

Ce médicament a depuis généré des milliards de dollars en revenus pour Purdue, en étant le plus vendu dans le monde.

Des utilisateurs ont toutefois découvert que les comprimés, lorsqu'ils étaient écrasés, pouvaient être reniflés ou injectés, procurant des effets semblables à ceux de l’héroïne.

Aux États-Unis, 42 000 personnes sont mortes en 2016 d'une surdose d'opioïdes. Au Canada, 2860 personnes seraient mortes de causes liées aux opioïdes en 2016, selon l'Agence de la santé publique du Canada.

En 2010, la firme pharmaceutique avait modifié le comprimé, le rendant plus difficile à écraser et avait retiré du marché l’ancienne formule.

Avec les informations de CBC, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé