•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des compagnies de croisières découvrent Trois-Rivières sous la neige

Chargement de l’image

Trois compagnies de croisières internationales visitent le port de Trois-Rivières pour voir l'attrait d'y offrir une halte pour des croisiéristes en hiver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des représentants de trois compagnies de croisières internationales étaient de passage à Trois-Rivières samedi dans le cadre d'une tournée de plusieurs villes du Québec. L'objectif est d'explorer l'idée d'offrir des croisières hivernales sur le Saint-Laurent.

« Pour l'instant, il n'y a aucune compagnie de croisière internationale qui a visité le Québec en hiver, dit René Trépanier, directeur général de l'association Croisières du Saint-Laurent.

« Suite à la grande tournée de séduction qu'on est en train de faire, on est pas mal confiant que d'ici deux ou cinq ans maximum, on va avoir des compagnies de croisières qui vont offrir l'hiver au Québec. »

— Une citation de  René Trépanier, directeur général de l'association Croisières du Saint-Laurent

Tout est mis en oeuvre pour séduire ces représentants étrangers. En plus d'une visite au spa Kinipi, ils ont eu droit à une visite du quartier historique de Trois-Rivières et à une démonstration de paraski sur le lac Saint-Pierre. Deux de ces compagnies offrent déjà des croisières hivernales et cherchent maintenant à sortir des sentiers battus.

« Nous ce qu'on recherche, c'est d'aller où les autres ne vont pas... Essayer de proposer à nos passagers des destinations très confidentielles, uniques. »

— Une citation de  Marc Berberian, Compagnie du Ponant

Les navires de petite taille seront préférés aux paquebots pour les croisières hivernales. La capacité visée est de 180 passagers.

« Ce sont des navires ultramodernes, qui sont équipés des dernières données technologiques pour aller dans les zones polaires et les zones les plus protégées de la planète », dit Marc Berberian de la Compagnie du Ponant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !