•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

WestJet et ses pilotes négocient en zone de turbulence

Une aile d'avion de la compagnie WestJet
Une aile d'avion de la compagnie WestJet Photo: Reuters

La première série de négociations entre WestJet et ses pilotes est entrée dans une zone de turbulence en raison de désaccords sur les conditions de travail et la sécurité d'emploi.

L’Association des pilotes d’avion a même fait appel au gouvernement pour trouver un terrain d’entente et a déposé une plainte devant le Conseil canadien des relations industrielles.

« Le dialogue n’avance pas », estime Rob McFadyen, un membre du conseil exécutif de l'association.

Le syndicat dénonce entre autres les mesures d’embauche de WestJet pour que des pilotes soient aux commandes des avions de sa filiale à bas tarif Swoop qui doit prendre son envol en juin.

D’après M. McFadyen, WestJet négocie directement avec les pilotes sans passer par le syndicat.

Cependant, un professeur de l’Université du Manitoba spécialisé en relations du travail, David Camfield, estime que ce dialogue de sourds n’est pas une surprise : « Nous parlons d’une compagnie qui n’est pas habituée à voir ses employées parler d’une seule voix à travers un syndicat. »

WestJet n’a pas voulu se prononcer publiquement sur ces négociations qui sont en cours depuis le mois de septembre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Relations de travail