•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • En Californie, Justin Trudeau rend hommage à Ronald Reagan et défend l'ALENA

    Le reportage de Raphaël Bouvier-Auclair

    Dans un discours à la bibliothèque présidentielle de Ronald Reagan, au nord de Los Angeles, Justin Trudeau a vanté les bienfaits de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Le premier ministre a également souligné la contribution de l'ancien président républicain à la relation entre le Canada et les États-Unis.

    Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

    Le lieu est hautement symbolique. Dès son arrivée à la bibliothèque présidentielle de Ronald Reagan, à Simi Valley, Justin Trudeau a contemplé le texte de l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis.

    Cette entente commerciale, signée par Ronald Reagan et Brian Mulroney a précédé l'ALENA, dont la modernisation fait l'objet de négociations. Justin Trudeau n'a pas manqué de rendre hommage à l'ancien président.

    Ronald Reagan était un optimiste. Son optimisme était ambitieux et courageux.

    Justin Trudeau premier ministre du Canada

    À propos de l'ALENA, Justin Trudeau a répété au public que les États-Unis profitaient également de cette entente commerciale.

    En Californie, a-t-il affirmé, plus d'un million d'emplois dépendent du commerce et de l'investissement avec le Canada.

    Si le commerce entre le Canada et les États-Unis est une mauvaise idée, et bien, il n'y a pas de bonnes idées.

    Justin Trudeau, premier ministre du Canada

    Points communs avec Trump

    Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le président des États-Unis, Donald TrumpLe premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le président des États-Unis, Donald Trump Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

    Pendant ce discours, Justin Trudeau est revenu sur la relation entre son père, Pierre-Elliott Trudeau et le président Ronald Reagan.

    « Ils étaient supposément comme le feu et la glace », a-t-il dit, ajoutant que la réalité était plus nuancée et que les deux hommes avaient une relation constructive.

    Dans le même esprit, il a déclaré que, malgré l'image projetée dans les médias, il partageait des préoccupations avec Donald Trump.

    « Les républicains sont conservateurs, je suis libéral. Comment pouvons-nous trouver des points communs? » a demandé Justin Trudeau.

    Selon le premier ministre, tant Donald Trump que lui s'inquiètent du sort de ceux qui n'ont pas bénéficié des accords commerciaux.

    J’étais heureux d’entendre le président parler de l’importance de la formation des compétences lors de son discours sur l'état de l’Union.

    Justin Trudeau, premier ministre du Canada

    N'empêche que des différences importantes persistent à la table de négociation de l'ALENA, notamment dans des secteurs comme l'automobile et l'agriculture.

    Pour assurer la survie de l'accord, Justin Trudeau est à la recherche d'alliés politiques aux États-Unis et participe à des événements comme celui qui s'est déroulé à la bibliothèque présidentielle de Ronald Reagan.

    Depuis que Donald Trump est président, le premier ministre, ses ministres et des représentants du gouvernement ont rencontré plus de 250 membres du Congrès, démocrates et républicains. Depuis le 20 janvier 2017, Justin Trudeau a lui-même visité 9 fois les États-Unis.

    Politique fédérale

    Politique