•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sortir de la Colombie-Britannique pour recruter des enseignants

Des élèves assis dans une classe

La recherche d'enseignants francophones comporte des défis.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) et la Commission scolaire de Vancouver (VSB) recrutent des enseignants en dehors de la province, voire à l'étranger, pour sortir de la pénurie qu'ils connaissent depuis plusieurs années.

Un texte de Noémie Moukanda

Pour la première fois, la Commission scolaire de Vancouver organise un voyage de recrutement de grande envergure, comportant la visite de 10 villes. Elle a toute une délégation qui se déplace de province en province pour trouver des enseignants qui pourvoiront les postes vacants au sein de ses établissements scolaires.

Adrian Keough, directeur des programmes éducatifs au VSB, et ses collègues ont parcouru la Colombie-Britannique, mais aussi l'Alberta, la Saskatchewan et le Québec.

Recrutement à long terme

M. Keough explique que, pour le moment, c'est déjà la neuvième tournée en Ontario que le VSB fait cet hiver pour trouver « des professeurs qualifiés, surtout en français ». Et cela fait 25 ans, ajoute-t-il, que sa commission scolaire se rend annuellement à Ottawa « pour chercher des profs parce qu'il y a une population bilingue ».

Adrian Keough affirme que le VSB a déjà comblé ses besoins pour cette année scolaire et que les recherches en cours ont pour but de dénicher des enseignants pour l'automne.

On veut avoir des conversations avec les étudiants de l'université qui termineront leur programme de prof ce printemps, cet été.

Adrian Keough, directeur des programmes éducatifs au VSB

Le VSB cherche encore 24 enseignants bilingues pour son programme d'immersion française, alors qu'il a besoin d'une centaine d'enseignants d'expression anglaise. La Commission scolaire de Vancouver indique aussi que, depuis l'année dernière, elle a déjà embauché 600 enseignants, et que près de 2500 professeurs ont été recrutés dans la province.

Quant au Conseil scolaire francophone, sa directrice des ressources humaines, Kapka Djarova, soutient que tous les postes sont pourvus et que ceux qui sont vacants concernent « les remplacements de congé de maladie ou autres ».

Nous sommes pour cette année dans une bonne situation et nous avons débuté toutes nos actions depuis septembre pour l'année 2018-2019.

Kapka Djarova, directrice des ressources humaines du CSF

En dehors des frontières canadiennes

À l'instar du VSB, le Conseil scolaire francophone a aussi une démarche de recrutement tout au long de l'année, mais celle-ci ne se limite pas au Canada. « Depuis cette année, nous sommes encore plus actifs surtout pour le recrutement national et international », explique Kapka Djarova.

Le CSF collabore d'ailleurs avec Destination Canada pour promouvoir ses programmes, notamment à Bruxelles et à Paris, où il était présent en novembre, ajoute Mme Djarova.

Le CSF parcourt aussi les universités des différentes provinces canadiennes et les foires à l'emploi qui s'organisent au pays. Ces rencontres octroient une certaine « visibilité » au CSF. « [Elles] permettent de toucher directement les étudiants et de leur présenter le CSF et l'éducation que nous offrons en Colombie-Britannique, et je pense que c'est vraiment très efficace », souligne Kapka Djarova.

Séduire malgré les défis

Les deux commissions scolaires sont conscientes du coût de la vie en Colombie-Britannique, en particulier à Vancouver. C'est pourquoi elles multiplient les armes de séduction pour convaincre leurs futurs employés de s'établir dans la province. « On a beaucoup de succès avec ceux qui veulent venir faire du ski, ceux qui aiment la vie de plein air », affirme le directeur des programmes éducatifs du VSB.

Par ailleurs, le VSB offre, pour la première fois, une aide financière allant jusqu'à 1500 $ pour le déménagement dans la région de Vancouver, mais également un appui pour trouver un logement.

Victoria à la rescousse

Le ministère de l’Éducation de la Colombie-Britannique a annoncé, vendredi, « des mesures pour aider les conseils scolaires à pallier les problèmes de recrutement et de conservation de l’effectif enseignant » avec un investissement de 831 000 $. « Les sommes investies serviront à former plus d'une centaine de nouveaux enseignants spécialisés dans les matières où les besoins sont les plus criants, de sorte que les élèves puissent continuer à bien se développer et à bénéficier d'un enseignement de qualité », dit le ministre de l’Éducation, Rob Fleming.

Parmi les mesures immédiates que prend le gouvernement figurent 37 places supplémentaires dans les programmes d'enseignement du français : 20, à l'Université de la Colombie-Britannique, et 17, à l'Université Simon Fraser, à compter de septembre 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !