•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vision d'avenir commune sur le transport en commun à Ottawa et à Gatineau

Les quatre personnes sont debout à l'extérieur du bureau du maire Jim Watson.
Les maires Jim Watson et Maxime Pedneaud-Jobin, flanqués des conseillers Myriam Nadeau et Stephen Blais. Photo: Radio-Canada / Simon Lasalle
Radio-Canada

Fini les décisions en vase clos pour le développement des réseaux de transport en commun dans la région. À l'issue d'une première rencontre du Groupe de travail conjoint sur le transport, jeudi, les maires de Gatineau et d'Ottawa ont exprimé l'ambition de développer une vision commune pour l'avenir.

Ce comité créé l'an dernier regroupe, outre les deux maires, les présidents des sociétés de transport d'Ottawa et de Gatineau et les présidents des comités municipaux sur le transport. Il y a notamment été discuté de l'entrée en service du train léger à Ottawa et de ses répercussions sur le réseau de la Société de transport de l'Outaouais (STO) et sur le projet de lien rapide dans l'ouest de Gatineau.

Les deux maires veulent se doter d'une vision commune sur le transport jusqu'en 2050. Ils vont entreprendre une étude pour mieux connaître les besoins en transport des deux côtés de la rivière, afin « d'optimiser l'arrimage de tous les moyens de transport, que ce soit le transport collectif, actif et routier, en misant sur le développement durable ».

Arrimage avec le train léger

Le retard dans l'entrée en service du train léger à Ottawa ne devrait pas avoir d'incidences sur les changements que la STO va apporter à son réseau d'autobus qui circulent au centre-ville d'Ottawa.

Au niveau du détail, où est-ce que les autobus vont aller, où seront les boucles, où vont se faire les transferts, tout cela est déjà prévu, et ça ne change pas.

Myriam Nadeau, présidente de la STO

Le maire d'Ottawa a répété que l'arrimage du train léger d'Ottawa avec le réseau de la STO est primordial.

« La priorité, après la phase 2, c'est la phase 3a à Kanata et 3b à Gatineau par le pont Prince-de-Galles », a indiqué Jim Watson.

Mais la mise à niveau du pont est coûteuse et le maire Watson dit que sa Ville « n'a pas l'argent pour ça ».

Ça coûte beaucoup d'argent pour reconstruire ce pont et c'est nécessaire d'avoir l'appui des deux autres paliers de gouvernement.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Lien rapide vers l'ouest

La STO a également informé son voisin ottavien des grandes lignes du projet de lien rapide vers le secteur d'Aylmer.

L'étude sur les options de liens rapides vers Aylmer devrait être rendue publique la semaine prochaine. Cette étude analyse entre autres l'option d'un lien rapide sur rail.

« Dans cette optique-là, l'arrimage avec Ottawa est primordial et des options comme le pont Prince-de-Galles se doivent d'être regardées en détail », a dit Mme Nadeau.

Il y a ce pont-là, il y a d'autres ponts aussi et une technologie qui va être implantée et mise en service. On doit être conscient des milliers d'usagers qui traversent chaque jour la rivière pour se rendre d'un côté comme de l'autre.

Myriam Nadeau, présidente de la STO

La prochaine rencontre du Groupe de travail conjoint sur le transport doit avoir lieu à l’été 2018.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Transport en commun