•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 ans de prison pour le viol de sa nièce déficiente intellectuelle

Gilles Veilleux au palais de justice de St-Joseph-de-Beauce
Gilles Veilleux a reconnu avoir agressé sa nièce Luce Carrier en 1972 Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un Beauceron de 71 ans est condamné à trois ans de prison pour avoir fait un enfant à sa nièce handicapée intellectuelle au début des années 70.

Un texte de Yannick Bergeron

Gilles Veilleux était âgé de 24 ans quand il a violé Luce Carrier, qui avait alors 15 ans.

La victime, qui a été envoyée à Québec pour mener à terme sa grossesse, a dû mettre l'enfant en adoption.

Retrouver ses enfants

Mme Carrier est satisfaite de la peine, mais espère maintenant retrouver son enfant qui serait aujourd'hui âgé de 44 ans. La fillette est née en juin 1973.

Son oncle espérait recevoir une peine à purger dans la collectivité, ce que le juge Hubert Couture a balayé du revers de la main en raison du caractère odieux de l'affaire.

La procureure Me Annik Harbour et la belle-soeur de la victime, Maureen O'Brien, sont satisfaites de la peine.

« Le fait qu'il y ait une grossesse qui résulte d'une agression fait en sorte qu'on va en tenir compte au niveau d'une sentence qui va être prononcée. Et dans ce cas-ci, au surplus, l'enfant est né et a été placé en adoption », explique Me Harbour.

« Compte tenu de ce qu'il a fait et ce qu'il en est suivi de ça [...] je trouve que trois ans, c'est correct », estime pour sa part Maureen O'Brien.

Une femme âgée aux cheveux courts fait face à l'appareil photo Photo : Radio-Canada

Non-publication

Lorsque Veilleux a plaidé coupable en décembre dernier, la procureur de la poursuite avait révélé devant le tribunal que Luce Carrier avait également eu un autre enfant de son propre père.

Le garçon, né en août 1976, a également été mis en adoption. Sa mère n'a pas non plus retrouvé sa trace.

Le père n'a jamais fait face à la justice. Il est maintenant décédé.

La victime a volontairement demandé à ce que son identité ne fasse pas l'objet d'une ordonnance de non-publication dans l'espoir de retrouver ses enfants.

Procès et poursuites

Justice et faits divers