•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La Saint-Valentin pour tous dans les années 1980

    Vox pop du 13 février 1984

    Comment soulignerez-vous la Saint-Valentin cette année? Tirées de nos archives, voici quelques suggestions qui s'appliquent aux couples, aux célibataires et aux enfants!

    « D’où ça vient, la Saint-Valentin? », demande le journaliste Guy Deschambault dans ce vox pop du 13 février 1984. « Oh, c’est une vieille tradition allemande », répond une enseignante qui a préparé des friandises pour ses élèves.

    Le journaliste interroge aussi quelques hommes dans un centre commercial de la région d’Ottawa. L’un d’eux termine ses emplettes de Saint-Valentin. L’autre compte bien se « débarrasser des enfants pour demain soir ». Le dernier homme interviewé hésite : « Moi, je ne sais pas, je suis un homme libre », répond-il non sans pouffer de rire.

    Ce soir, 14 février 1995

    Dans cette classe de cinquième année du primaire, le couple n’est pas un préalable pour célébrer la Saint-Valentin. Il y a aussi les amis!

    Pour son reportage au bulletin de nouvelles Ce soir du 14 février 1995, la journaliste Mychèle Poitras visite l’école Saint-Jacques, dans la région du Madawaska, au Nouveau-Brunswick.

    En plus d’entonner une chanson de Saint-Valentin pour la journaliste, les élèves s’expriment sur l’importance de l’amitié dans leur vie.

    Dire à quelqu’un qu’on l’aime, déclarer notre amour pour lui, je trouve que c’est un vrai cadeau pour la Saint-Valentin. Même pour les amis, pour tout le temps, c’est un vrai cadeau pour tous les jours de notre vie.

    Un élève de l'école Saint-Jacques
    Ce soir, 14 février 1986

    Prenez-vous encore le soin d’écrire une carte pour la Saint-Valentin? Le 14 février 1986, ça demeure le cas si l’on se fie à ce reportage de Ginette LeBreton diffusé au bulletin de nouvelles Ce soir.

    La journaliste s’intéresse à « la fête des commerçants » que représente la Saint-Valentin. Si les cartes de souhaits ont moins la cote de nos jours, les fleuristes et chocolatiers continuent de réaliser de bonnes affaires au Nouveau-Brunswick tout comme ailleurs.

    Télé Objectif, 15 février 1989

    Il peut être pénible pour certaines personnes d’être célibataires le jour de la Saint-Valentin. Pour les francophones hors Québec, trouver l’âme sœur qui partage de surcroît leur langue maternelle peut se révéler encore plus compliqué.

    Je voulais rencontrer des francophones et je ne savais pas où aller.

    Isabelle Labbé

    Le 15 février 1989, l’émission Télé Objectif s’intéresse au cas d’Isabelle Labbé, une francophone établie dans la région de Toronto. Étant aux prises avec la difficulté de trouver un conjoint francophone, elle a fondé une agence de rencontre pour cette tranche de la population.

    Sous la forme d’abonnement, les francophones de la région peuvent faire appel à ses services pour dénicher un partenaire de vie. Une entrevue est réalisée au préalable et une photo Polaroïd est jointe au dossier.

    Si « le métier de marieuse n’est pas près de disparaître », on peut dire que les intermédiaires se sont métamorphosés ces dernières années avec les nouvelles technologies. Tinder, Badou, Happn et OK Cupid à l’appui!

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société