•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les processus d'évaluation environnementale de l'ère Harper pourraient être révisés

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le pipeline Keystone traverse un terrain montagneux avec des arbres.

Le pipeline Keystone XL de TransCanada.

Photo : Associated Press

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement Trudeau dévoilera sa réforme des évaluations environnementales aujourd'hui, deux ans après avoir lancé une vaste révision.

Des annonces simultanées de quatre ministres et d'un secrétaire parlementaire sont prévues dans cinq villes d'un bout à l'autre du pays.

Les deux principaux ministres concernés, Catherine McKenna, à l'Environnement, et Jim Carr, aux Ressources naturelles, seront respectivement à Ottawa et à Calgary.

Le projet de loi devrait infirmer les changements controversés que le gouvernement de Stephen Harper avait apportés au processus d'évaluation environnementale en 2012.

Des changements qui étaient favorables à l'industrie pétrolière, selon les environnementalistes.

Rétablir la confiance des citoyens

Le gouvernement veut rétablir la confiance des citoyens dans le processus d'évaluation, ajouter des partenariats avec les communautés autochtones et s'appuyer sur des faits scientifiques éprouvés.

Le premier jalon de cette réforme a été posé mardi avec le projet de loi C-68, qui vise à restaurer la protection de toutes les espèces de poissons et de leur habitat.

Les attentes sont grandes. Déjà, le Nouveau Parti démocratique demande que le projet d'oléoduc TransMountain de Kinder Morgan soit revu à la lumière du nouveau processus.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique tente de bloquer ce projet, dont l'Alberta a besoin pour exporter le pétrole des sables bitumineux.

Le projet de loi qui sera déposé jeudi permettra au gouvernement Trudeau de donner suite à l'une de ses promesses phares.

Il s'était engagé lors de la campagne électorale de 2015 à redonner de la crédibilité au processus d'évaluation environnementale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !