•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de train à grande fréquence favorisé par l’annonce du REM?

Le train de Via Rail immobilisé à Gogama dans le Nord de l'Ontario.

Un train de VIA Rail en hiver (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Radio-Canada

Le dévoilement des détails du Réseau express métropolitain (REM) par la Caisse de dépôt et placements du Québec encourage ceux qui rêvent d'un train à grande fréquence (TGF) entre Windsor et Québec. Un enjeu clé, celui de la cohabitation des deux projets dans le tunnel Mont-Royal, pourrait être en voie de se régler.

Cet aspect posait un problème majeur à la réalisation du projet de TGF puisque sans cohabitation, les usagers devraient changer plusieurs fois de gares.

Jeudi, les responsables du REM ont expliqué aux médias que des discussions avec VIA Rail ont été entreprises afin que les deux projets puissent cohabiter dans le tunnel Mont-Royal.

Selon les dirigeants de la Caisse de dépôt et placement du Québec, des rails plus résistants seront installés dans le tunnel et des logiciels seront développés pour rendre possible la cohabitation des deux projets.

Annonce bien accueillie en Mauricie

La Chambre de commerce et d'industrie de Trois-Rivières milite depuis des dizaines d'années pour qu’un TGF passe par la Mauricie. « C’est une grande nouvelle! », s’est exclamée la directrice générale de l’organisme, Marie-Pier Matteau.

Une femme sourit devant un micro.

La directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie de Trois-Rivières, Marie-Pier Matteau, qualifie la nouvelle « d'extraordinaire ».

Photo : Radio-Canada

Si ce n’était pas possible, la cohabitation de ces deux projets-là, on avait un problème. Parce qu’un projet de train à grande fréquence, naturellement, il faut que ce soit d’un centre-ville à centre-ville pour bien desservir la population.

Marie-Pier Matteau, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières

À Trois-Rivières, le passage du train à grande fréquence permettrait de dynamiser l'économie, notamment grâce à la mobilité de la main-d'oeuvre. Plusieurs entreprises espèrent pouvoir recruter des travailleurs un peu plus éloignés.

Le dossier n’est cependant pas réglé

Plusieurs questions demeurent toutefois sans réponses, notamment en ce qui concerne les délais et les coûts de réalisation.

Aussi, bien que le gouvernement Trudeau se soit dit en faveur d'un train grande fréquence, aucun autre engagement concret n'a été pris.

À Québec, le critique de l'opposition officielle en matière d'économie et de transports du Parti québécois, Alain Therrien, fait partie des sceptiques. Il a carrément qualifié le projet de cohabitation de « rêve collectif ».

Un homme en complet, derrière deux micros, s'adresse aux médias avec l'air sérieux.

Critique de l'opposition officielle en matière d'économie et de transports du Parti québécois, Alain Therrien qualifie le projet de « rêve collectif ».

Photo : Radio-Canada

On prend les Québécois, ce matin, pour des valises!

Alain Therrien, député de Sanguinet, Parti québécois

M. Therrien se questionne ouvertement sur le temps que prendra la réalisation du projet et les sommes qui y seront investies.

Avec les informations de Maude Montembeault

Mauricie et Centre du Québec

Transports