•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forme de l’eau, du « copier-coller » selon le réalisateur du Fabuleux destin d’Amélie Poulain

Sally Hawkins regarde avec la créature à travers la vitre de son aquarium, dans le film The Shape of Water.
Sally Hawkins incarne une femme de ménage qui s'éprend d'une créature marine dans La forme de l'eau. Or, la fable serait le fruit d'inspirations multiples sur le même thème. Photo: Fox Searchlight

Delicatessen, Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, La cité des enfants perdus... le cinéaste français Jean-Pierre Jeunet reconnait plusieurs de ses créations dans La forme de l'eau réalisé et coscénarisé par Guillermo Del Toro.

Dans La forme de l’eau, Elisa, une femme de ménage muette et solitaire, voit sa vie basculer lorsqu’elle rencontre une étrange créature marine dans un laboratoire gouvernemental ultra-secret. Primée à la Mostra de Venise et aux Golden Globes, cette fable fantastique tournée au Canada mène dans la course aux Oscars avec 13 nominations.

Dans une entrevue à Ouest-France, Jean-Pierre Jeunet explique avoir écrit un courriel à son collègue mexicain après avoir vu long métrage tant primé. « Je lui ai dit : "Tu as beaucoup d’imagination, beaucoup de talent. Pourquoi aller piquer les idées des autres ?" », a-t-il raconté au quotidien français.

« On doit tout à Terry Gilliam », aurait rétorqué Guillermo del Toro, assurant ne rien voler aux autres.

Ressemblance avec Delicatessen

Or, Jean-Pierre Jeunet reconnaît Delicatessen dans la scène où Sally Hawkins et Richard Jenkins dansent assis sur un canapé avec, en arrière-plan, une comédie musicale à la télévision. Dans le film de Jeunet en 1991, le couple sautille sur un matelas grinçant au rythme d’une prestation musicale diffusée par une télé rétro. L’ambiance respire les années 1950-1960 dans les deux créations.

C’est tellement copié-collé [...] qu’il y a un moment où je me dis que [Guillermo Del Toro] manque d’amour-propre.

Jean-Pierre Jeunet

L’ombre d’Amélie Poulain n’est pas loin non plus, avait-on prévenu Jean-Pierre Jeunet. « Effectivement, il y a un petit côté au début avec le peintre, l’appartement, la jeune fille un peu candide… Mais c’est surtout Delicatessen. »

« C’est déjà vieux Delicatessen, c’est passé dans l’Histoire, rappelle enfin le réalisateur. Et donc sous ce prétexte, on peut se servir et recycler. Maintenant, je n’en fais pas non plus un caca nerveux parce qu’il vaut mieux être piqué qu’ignoré. »

Jean-Pierre Jeunet assure toutefois qu’il ne poursuivra pas Guillermo Del Toro pour plagiat, arguant que le Mexicain « a assez de talent » pour ne pas avoir à copier les autres.

Le réalisateur de La forme de l’eau n’a pas pour l’instant réagi à ses allégations.

Pièce de théâtre plagiée?

Le favori aux Oscars a déjà essuyé d’autres allégations de plagiat, dont celles de succession du dramaturge américain Paul Zindel le 25 janvier. Selon son fils, le film est « manifestement un dérivé » de la pièce Let Me Hear Your Whisper dans laquelle une femme de ménage se lie d’amitié avec un dauphin en captivité dans un laboratoire et tente de le sauver.

Nous sommes choqués qu’un grand studio [comme Fox Searchlight] produise un film manifestement dérivé de l’oeuvre de mon défunt père.

David Zindel, dans un courriel au quotidien britannique The Guardian

De côté de Fox Searchlight, un porte-parole a répondu que « Guillermo Del Toro n’a jamais vu ou lu la pièce de M. Zindel sous aucune forme que ce soit ». Il a ajouté que le cinéaste a « une carrière de 25 ans durant laquelle il a fait dix films et a toujours été ouvert à divulguer ses influences ».

Le chant des sirènes néerlandais

Les internautes sur Reddit ont aussi soulevé les similitudes avec The Space Between Us. Dans ce court métrage étudiant néerlandais, la loyauté d’une femme de ménage est mise à rude épreuve lorsque cette dernière s’éprend d’un homme-sirène, gardé en captivité pour ses branchies qui pourraient sauver l’humanité.

L’Académie du film des Pays-Bas qui a produit le film a réfuté les liens possibles et les ressemblances, le 22 janvier dernier. Dans un communiqué, cette entité de l’Université d’Amsterdam écrit que « La forme de l’eau et son court métrage The Space Between Us ont leur propre identité. [...] Ils ne sont en aucun cas reliés ou interreliés. »

Les ressemblances ont permis aux étudiants et aux créateurs du court métrage d’échanger non seulement sur les thèmes mais aussi avec Guillermo del Toro, poursuit l’Académie. « Nous avons beaucoup appris de ce contact avec M. Del Toro et nous souhaitons que La forme de l’eau continue de connaître du succès. »

Cinéma

Arts