•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La belle époque des salons de bronzage

    Femme en maillot de bain allongée sur un lit de bronzage
    Le lit d’eau solaire (capture de l'émission «Allô Boubou» en 1984) Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    À une époque pas si lointaine, de nombreux Canadiens comblaient leur manque de soleil par une visite dans une cabine de bronzage. En février 2013, une loi empêchant les moins de 18 ans de fréquenter les salons de bronzage entrait en vigueur au Québec. Depuis janvier 2018, l'accès à ces lieux est interdit aux mineurs en Alberta. Retour sur les belles années du teint hâlé.

    Souvent associé à la beauté et aux vacances, le bronzage est causé par la formation d’un pigment noir appelé mélanine. La coloration de la peau apparaît sous l’effet des rayons ultraviolets (UV) émis par le soleil ou les lampes solaires. Mais l’exposition à ces radiations peut contribuer au vieillissement prématuré et peut augmenter les risques de cancer. Pourtant, il y a quelques décennies, le bronzage naturel et artificiel symbolisait la santé.

    Au début des années 1980, les salons de bronzage se multiplient au Québec, comme l’explique l’animatrice de Femme d’aujourd’hui Rachel Verdon. À l’émission du 6 avril 1982, la journaliste Claudette Lambert nous fait donc découvrir cet univers.

    Une visite au salon

    La porte de la salle est ornée de l’inscription « Cuba ». Marc Masson, un homme au teint cuivré, entre dans la petite pièce et se dévêt. Après avoir activé la lampe solaire, il s’allonge dans la cabine, en sous-vêtements. Pour cet adepte du bronzage qui visite un salon plusieurs fois par semaine, la coloration de la peau est associée à une bonne santé.

    En entrevue, Lucien Dugal, propriétaire de la chaîne Rx Soleil, affirme qu’il n’y a aucun danger à fréquenter les cabines solaires. Les clients y viennent même pour régler certains problèmes de santé : acné, psoriasis, maladies musculaires, etc.

    Le lit solaire pour favoriser la relaxation

    Dans cet extrait de l’émission Allô Boubou du 17 janvier 1984, les séances de bronzage sont synonymes de bien-être et de relaxation.

    L’animateur Jacques Boulanger nous présente Linda Leclerc, nommée « Mademoiselle Grand Prix Labatt Formule Atlantique ». La jeune femme, vêtue simplement d’un maillot de bain, fait l’essai d’une invention inusitée : un lit d’eau solaire vibrant. Sur le plateau, le concepteur Guy Provost explique que ce lit améliore le confort et élimine la transpiration. Ainsi, « le bronzage ressort plus rapidement, plus uniformément. »

    La beauté, c’est parfois risqué

    Teint hâlé, soleil artificiel, pour certains, la couleur n’a pas de prix lorsqu’il s’agit d’être bronzé.

    L’animateur d’« Au jour le jour » Normand Harvey

    Bien que la peau dorée soit à la mode dans les années 1980, les risques liés au bronzage commencent à se faire connaître. À l’émission Au jour le jour du 19 février 1987, l’animatrice Dominique Lajeunesse rencontre la dermatologue Marie-Christine Roy à ce sujet.

    La spécialiste explique que la mélanine protège du soleil. Pour une personne à la peau claire qui se rend en Floride l’hiver, elle recommande quelques séances au salon.

    Dre Marie-Christine Roy parle tout de même des effets secondaires associés au bronzage naturel et artificiel : vieillissement des tissus, cancer de la peau, etc. Elle précise que les individus au teint pâle, les roux par exemple, doivent éviter de s’exposer à toutes les formes de rayons UV.

    Aux gens qui abusent du soleil, elle invite à la prudence. « À 20 ans, vous allez être bronzé, mais à 30 ans vous allez avoir l’air de 50 ans », dit-elle.

    Le discours a évolué depuis. « Se faire un fond » n’est plus recommandé par les professionnels de la santé. On sait aujourd’hui que les rayons ultraviolets artificiels retrouvés dans les salons de bronzage sont cancérigènes. Les gens qui les fréquentent doublent même les risques de développer un mélanome.

    La solution la plus prudente demeure donc d’éviter ce type d’endroits. Pour se protéger du soleil, on suggère de porter des vêtements adaptés et un chapeau et d’appliquer de la crème solaire.

    Reste aux personnes à la peau claire à assumer leur blancheur.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Santé