•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cercueils à assembler soi-même mis en vente au Canada

Un homme barbu tenant entre ses mains un cercueil en bois.

Jeremy Burrill vend des cercueils sans clous à assembler soi-même en moins de 30 minutes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un menuisier du Nouveau-Brunswick a mis en marché ce qui est considéré comme l'idée IKEA du monde funéraire : un cercueil à assembler soi-même en moins de 30 minutes.

Jeremy Burrill vendait des cercueils en pin depuis environ deux ans avec pour objectif d’offrir des solutions abordables et écologiques à ses concitoyens.

Propriétaire de l’entreprise Fiddlehead Casket à Fredericton, le menuisier s’est buté contre un obstacle lorsqu’il a voulu vendre ses produits à l'extérieur du marché local : le transport des cercueils était trop cher en raison de leur taille et de leur poids.

L’entrepreneur a alors trouvé une solution inusitée. En offrant une version dépouillée à assembler soi-même, il pouvait faire livrer ses cercueils aisément par camion.

« C’est comme [un meuble IKEA], mais les clés Allen en moins », explique Jeremy Burrill dans un éclat de rire.

Les réponses ont été positives en général, mais certaines personnes ont sourcillé en disant : "Quoi! Un kit pour un cercueil? Je ferais jamais ça".

Jeremy Burrill, propriétaire de Fiddlehead Casket

« Beaucoup de personnes ont dit : "C’est en plein ce que je veux. Quelque chose de simple et qui ne cause d’embêtement à personne" », affirme Jeremy Burrill.

Une question économique

Le menuisier de 35 ans a eu l’idée des cercueils sans clous lorsqu’il s’est rendu compte que le prix du transport de ses cercueils – environ 1000 $ – était le même que celui de la fabrication.

Après avoir essayé plusieurs designs, il est parvenu à un modèle pouvant être assemblé en moins de 30 minutes.

Le cercueil biodégradable est commercialisé depuis deux semaines au prix de 700 $. L’ensemble comprend 10 panneaux en pin, 38 goujons en cerisier et 1 maillet en caoutchouc.

Avec les informations de La Presse canadienne