•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Casinos en ligne : promettre des bitcoins pour piéger les joueurs

La page a l'air d'un article de média d'information. On voit une présentatrice de nouvelles et un homme tenir un chèque valant 13 millions de dollars. « Si vous êtes québécois, vous êtes sur le point de devenir vraiment riche: ce casino Bitcoin est une véritable vache à lait et les résidents canadiens se font des millions », est-il écrit.
Capture d'écran du site The Times Headlines en date du 7 février 2018. Photo: Capture d'écran
Jeff Yates

Radio-Canada a découvert un réseau international de fausses nouvelles avec lesquelles on tente de faire croire aux Canadiens qu'ils gagneront des centaines de dollars en s'inscrivant à un casino en ligne. Les articles trompeurs avancent entre autres que miser 10 $ équivaut à effectuer un investissement en bitcoins, et que les joueurs ont « pratiquement la garantie de faire [sic] au moins 250 $ ».

« Et voici. Finalement. Au Canada. Vous avez votre aller simple pour des milliards en Bitcoin », annonce une publication sur la page Facebook My Bitcoin Canada le 31 janvier. Dans la vidéo, on voit une jeune femme remporter supposément 1 million de dollars en jouant à la loterie en ligne.

Dans la publicité, on voit une jeune femme supposément gagner un million de dollars. La publicité dit: « Et voici. Finalement. Au Canada. Vous avez votre aller simple pour des milliards en Bitcoin. Sautez à bord ».Capture d'écran de la publicité pour la fausse nouvelle. Photo : Capture d'écran Facebook

Le lien dans la publication emmène l'internaute vers cette page (Nouvelle fenêtre), qui se veut un article de nouvelles d'un média obscur nommé « Tribune News Now ». « Si vous êtes québécois, vous êtes sur le point de devenir vraiment riche : ce casino Bitcoin est une véritable vache à lait et les résidents canadiens se font des millions », annonce-t-on.

L'article affirme qu'un Québécois nommé Jonathan Desormeaux a remporté plus de 13 M$ en misant ses derniers 10 $ à ce casino. On explique en outre le supposé fonctionnement de ce « nouveau casino en ligne québécois ».

« Le casino prend le dépôt de 10 $ fait par les joueurs et le change instantanément en Bitcoin avant de le revendre pour des dollars. C’est comme ça que le casino fait son argent, est-il écrit. Ils utilisent carrément les joueurs comme des investisseurs instantanés dans Bitcoin. Le joueur moyen retire environ 250 $ à 300 $ de sa mise initiale mais certains joueurs font des gains incroyablement élevés. »

Or, l'article nous envoie au site d'un simple casino en ligne. C'est un casino typique qui n'a rien à voir avec les bitcoins. La page demande à l'internaute de s'inscrire et d'effectuer un premier dépôt de 10 $. Le casino ne promet pas au joueur des gains automatiques de plusieurs centaines de dollars, contrairement à l'article. Il s'agit en fait d'un stratagème frauduleux de marketing coût par actions (CPA).

Comment fonctionne le marketing CPA?

Lorsqu'un partenaire s'inscrit à un programme CPA, il gagne de l'argent chaque fois qu'un internaute qu'il a référé effectue une action sur le site du client. Dans ce cas-ci, le propriétaire du site gagne un certain montant lorsqu'un internaute qu'il a référé à la page du casino s'inscrit et effectue un dépôt de 10 $. La fausse nouvelle décrite plus haut sert donc à mentir à l'internaute pour l'encourager à déposer 10 $ sous de fausses prémisses.

Un réseau international

Outre les publicités frauduleuses qui visent les Québécois et les Canadiens, nous avons trouvé, sur des sites connexes, des fausses nouvelles semblables qui ciblent d'autres pays, tels le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Danemark, la Finlande, l'Inde, l'Islande, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Russie, la Suède et la Slovaquie. Ces publicités utilisent des tactiques identiques pour tenter de convaincre, de façon malhonnête, les habitants de ces pays à s'inscrire à des sites de jeu en ligne.

D'autres articles trompeurs cherchent plutôt à désinformer pour vendre des produits de beauté. Celui-ci, par exemple (Nouvelle fenêtre), affirme faussement qu'une jeune propriétaire d'entreprise de soins pour la peau a remporté un important contrat à l'émission Dragon's Den. L'article contient aussi des fausses citations de stars à propos du produit, telles Jennifer Aniston et Céline Dion. On invite alors les internautes à cliquer un lien qui, affirme-t-on, permet d'acheter un échantillon de ce produit de beauté à un faible prix.

On voit ce qui semble être un article de nouvelles. « Dragon’s Den a signé l’affaire du siècle: Dragon’s Den décroche le contrat pour une marque de soins de la peau révolutionnaire dans un accord de 11 millions de dollars canadiens », est-il écrit.Capture d'écran du site Media Reports Daily. Photo : Capture d'écran

Nous avons réussi à trouver les propriétaires de ces sites, deux Sud-Africains nommés Paul Domanski et Shaun Van Doorn. Leur entreprise de marketing, Yazimedia, a enregistré pas moins de 126 sites dans les dernières années, selon une recherche effectuée à l'aide de l'outil DomainTools. Sur nombre de ces sites, on peut consulter les fausses nouvelles en question.

Sur un de ces sites, Radio-Canada a même trouvé une capture d'écran de ce qui semble montrer un tableau de bord qui collige la performance de plusieurs campagnes de publicité CPA. Selon la capture d'écran, les 19 différentes campagnes semblent avoir généré 111 000 visites et rapporté à leur propriétaire quelque 164 000 $. Les faux articles canadiens semblent avoir été consultés un peu plus de 20 000 fois et avoir généré un revenu de quelque 32 000 $. Il a été impossible de déterminer sur quelle période l'argent a été généré.

Contrairement aux publicités traditionnelles, qui rapportent un prix fixe pour chaque clic ou chaque impression, les publicités CPA peuvent rapporter des montants variables en fonction de l'entente avec l'annonceur. Chez le groupe Casino Rewards, dont ces publicités font la promotion, les affiliés peuvent choisir trois options de revenu (Nouvelle fenêtre) : soit ils gagnent 50 $ chaque fois qu'un client qu'ils ont référé au casino s'inscrit, soit ils gagnent un pourcentage de tout l'argent que ce client perd au casino.

Une pratique douteuse

Mise au fait de cette pratique, Loto-Québec a tenu à insiter que les seuls jeux de hasard légaux sur le territoire du Québec, que ce soit par Internet ou en personne, sont ceux qu'offre la société d'État.

« Il existe plusieurs arnaques sur Internet. Lorsqu’une offre semble trop belle pour être vraie, il faut s'en méfier et redoubler de prudence. Si vous retrouvez des publicités mensongères de ce type sur des sites de médias sociaux, il est recommandé de les signaler le plus rapidement possible à l’attention des responsables de la plateforme de sa publication pour qu’ils puissent agir en conséquence », a fait savoir le directeur corporatif des affaires publiques, des relations de presse et des médias sociaux de Loto-Québec, Patrice Lavoie.

Ni les propriétaires de ces sites ni le groupe Casino Rewards, qui bénéficie de ces publicités frauduleuses, n'ont répondu aux courriels de Radio-Canada.

Casino Rewards détient quelque 30 casinos en ligne et encourage les internautes à se joindre à son programme de CPA. Sur la page du groupe destiné à ses affiliés, on explique qu'il n'est pas permis de faire de campagne de promotion (Nouvelle fenêtre) qui « brime une loi, qui est publiée sur un site qui bafoue le droit d'auteur ou qui pourrait ternir la réputation de Casino Rewards ». Il n'est toutefois pas précisé s'il est permis de mentir à son auditoire ou d'utiliser des fausses nouvelles dans ses publicités.

Peu après que Radio-Canada a contacté Casino Rewards, M. Van Doorn et M. Domanski, les articles trompeurs ont disparu. Il n'a pas été possible de déterminer pourquoi ils ont été retirés.

Fausses nouvelles

Techno