•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Beaucoup de nos clients sont en Alberta », se désole un producteur de vin

Des vignes du vignoble Blasted Church dans l'Okanagan
Des vignes du vignoble Blasted Church dans l'Okanagan Photo: Radio-Canada / Philippe Moulier
Radio-Canada

L'embargo du gouvernement albertain sur le vin de la Colombie-Britannique annoncé mardi fait vivement réagir l'industrie viticole.

Un texte de Charlotte Dumoulin

Mike Clark, le gérant du vignoble Clos du Soleil dans l'Okanagan, est préoccupé, car il a beaucoup de clients en Alberta.

C'est une erreur de viser les petites entreprises viticoles dont la majorité est tenue par des familles qui n'ont rien à voir avec ce conflit sur le pétrole.

Mike Clark, producteur de vin

Le producteur de vin espère que le désaccord entre les deux provinces se réglera rapidement pour que les entreprises viticoles ne soient pas trop pénalisées.

L'Institut du vin de la Colombie-Britannique, qui représente l'industrie viticole provinciale, s'estime fâché de voir que le gouvernement de l'Alberta fait un « boycottage agressif » du vin britanno-colombien pour faire pression sur une politique touchant un secteur entièrement différent.

L'organisme conçoit qu'une bonne relation commerciale entre la Colombie-Britannique et l'Alberta est primordiale pour assurer la santé économique du Canada.

Colombie-Britannique et Yukon

Accords commerciaux