•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec : comment Northern Pass aurait pu être accepté

Le conseiller du comté de Coös, Richard Samson, s'opposait fermement au projet Northern Pass.
Le conseiller du comté de Coös, Richard Samson, s'opposait fermement au projet Northern Pass. Photo: Radio-Canada / Etienne Leblanc
Radio-Canada

C'est ce qu'on appelle un coup de théâtre. Ni Hydro-Québec ni son partenaire américain Eversource ne s'attendaient à ce que le projet Northern Pass soit rejeté par le New Hampshire. Pourquoi ce dénouement inattendu? Parce que dans ce cas-ci, comme dans d'autres grands projets énergétiques, les responsables du dossier n'ont pas fait tous leurs devoirs.

Un texte d'Étienne Leblanc, de retour du New Hampshire

Quand il a annoncé en grande pompe qu'Hydro-Québec venait de remporter le contrat le plus important de son histoire avec le Massachusetts, le 25 janvier dernier, le PDG de la société d'État a passé très rapidement sur le fait que toute l'opération était conditionnelle à l'approbation du projet Northern Pass par le New Hampshire : « Dans les prochaines semaines, on pense avoir des nouvelles de ce côté-là positives, alors on est très confiant », a déclaré Éric Martel.

Éric Martel, président-directeur général d'Hydro-Québec.Éric Martel, président-directeur général d'Hydro-Québec Photo : Radio-Canada / Stéphanie Mac Farlane

Tout indiquait en effet que l'approbation du projet de cette ligne à haute tension n'était qu'une formalité. Le gouverneur de l'État était pour, des syndicats étaient pour, la communauté des affaires était pour. Un sentiment renforcé par le fait que Washington avait déjà donné son aval au projet au mois de novembre.

Sur le terrain, même les opposants à Northern Pass étaient résignés : « Je ne veux pas de ce projet, je ne veux pas que ça passe, mais on sait que ça va passer », m'avait confié le producteur laitier Rodney McAllister, lors de mon passage au New Hampshire, une journée avant que la décision ne soit prise.

Le producteur laitier Rodney McAllister a refusé 4 millions de dollars pour la vente de sa ferme à Eversource.Le producteur laitier Rodney McAllister a refusé 4 millions de dollars pour la vente de sa ferme à Eversource. Photo : Radio-Canada / Etienne Leblanc

Les opposants à Northern Pass ne faisaient pas confiance au comité d'étude mis sur pied par l'État du New Hampshire pour analyser le projet (le Site Evaluation Committee ou SEC).

Sur les sept membres de la commission, trois représentaient les différents ministères du gouvernement de l'État (Ressources et Développement économique; Environnement; Transports), un siégeait au nom de la Commission des services publics (Public Utilities Commission) et deux représentaient les groupes de citoyens.

Le président, un avocat dont on dit qu'il avait un préjugé plutôt favorable à l'égard du projet, était la septième personne.

Les délibérations du comité d'étude du projet Northern Pass, à Concord au New Hampshire.Les délibérations du comité d'étude du projet Northern Pass à Concord au New Hampshire. Photo : Radio-Canada / Etienne Leblanc

Composé de sept membres, le SEC avait le pouvoir de rendre une décision avec force exécutoire. Une majorité de quatre voix sur sept était nécessaire pour qu'un verdict final soit rendu. Comme les principaux politiciens du New Hampshire étaient favorables au projet, dont le gouverneur lui-même, Chris Sununu, les opposants étaient convaincus que cette majorité de quatre voix en faveur du projet était quasiment acquise.

Or, comme nous l'a prouvé la décision prise le 1er février dernier, ils avaient tout faux : les sept membres du comité, dont les trois fonctionnaires des ministères et le président, ont rejeté le projet.

Une décision unanime : 7-0!

Le mont Washington, au coeur des White Mountains au New Hampshire.Le mont Washington, au coeur des White Mountains au New Hampshire. Photo : Radio-Canada / Etienne Leblanc

La principale raison invoquée par les commissaires : le promoteur n'a pas réussi à démontrer qu'il n'y aurait aucun impact négatif sur le développement de la région.

En d'autres mots, il n'a pas fait ses devoirs.

À la suite de cette décision, Eversource s'est dite « outrée » et a qualifié les façons de faire du comité de « dépassées ».

Il semble qu'en matière de grands projets énergétiques, la saga de Northern Pass nous montre une fois de plus que les promoteurs n'apprennent pas beaucoup des erreurs du passé.

Eversource a présenté le meilleur projet à ses yeux… Mais le comité d'étude a jugé que le projet n'était pas assez généreux.

Les gros sabots

Parlez-en à Cindy Lou Amey. Sa ferme laitière de Pittsburgh, qui compte plusieurs bâtiments et une cinquantaine de vaches, est située à un jet de pierres de la frontière canadienne, dans le nord du New Hampshire, le long du cours d'eau Indian Stream.

Cindy Lou Amey, productrice laitière à Pittsburgh, New Hampshire, près de la frontière canadienne.Cindy Lou Amey, productrice laitière à Pittsburgh, New Hampshire, près de la frontière canadienne. Photo : Radio-Canada / Etienne Leblanc

La poigne franche et les yeux brillants, Mme Amey m'accueille dans un français presque parfait. Ses racines de Levasseur - son nom de naissance - ne sont pas loin.

Le projet Northern Pass, ça fait sept ans qu'elle le combat. La ligne à haute tension devait passer juste au bout de sa terre. Un projet dont elle n'avait jamais entendu parler, jusqu'à la publication d'une photo troublante dans le journal.

Je n’avais jamais entendu parler de cette affaire-là. Puis un jour, il y avait une photo aérienne de notre ferme dans le journal! Ça disait que la ligne [électrique] allait partir à la ferme Indian Stream. Notre ferme!

Cindy Lou Amey

C'est ainsi que la saga a commencé. Le projet, qui n'avait même pas encore été présenté aux citoyens concernés, était déjà sur les rails et faisait déjà l'objet d'articles dans les journaux.

Dans la petite communauté de Pittsburgh, la rumeur s'est répandue comme une traînée de poudre. Les résidents se sont pointés à une réunion que le promoteur avait organisée avec les élus de la région.

« Ils étaient incapables de nous dire où la ligne allait passer ni pour qui était l'électricité », raconte Mme Amey.

Ça n'a pris que quelques jours pour que le mot se passe dans les autres régions de l'État.

Et c'est ainsi que le projet a commencé, sur les chapeaux de roue. L'opposition s'est galvanisée et le promoteur s'est mis sur la défensive dès le départ. À plusieurs reprises au cours du processus, le promoteur a changé son projet, l'a corrigé, amélioré, au gré des controverses qui étaient soulevées.

Ça vous rappelle quelque chose?

Gaz de schiste et pipeline

À peu de détails près, c'est de cette façon qu'a commencé la saga du gaz de schiste au Québec. Des promoteurs qui veulent exploiter la ressource à tout prix, des citoyens complètement ignorants de la vétuste loi sur les hydrocarbures et des techniques de fracturation hydraulique utilisées, et un gouvernement pris de court par la vitesse à laquelle avancent les projets d'exploitation.

On connaît la suite : d'importantes tensions sociales ont émergé, et le projet d'exploitation de la ressource s'est envolé en fumée. N'y aurait-il eu qu'une infime chance, à l'époque, que la filière du gaz de schiste ait pu un jour émerger au Québec, les promoteurs l'ont torpillée en agissant de façon cavalière et en oubliant d'écouter dès le départ – cet aspect est très important – les doléances des citoyens.

On peut dire la même chose du projet de pipeline Énergie Est de TransCanada, qui proposait de construire un pipeline traversant le Québec au complet, mais avait omis de traduire les documents en français.

La compagnie albertaine souhaitait construire un terminal pétrolier à Cacouna; elle a procédé à des relevés sismiques dans une pouponnière de bélugas, sans avoir les autorisations requises!

C'est le reproche qu'on peut faire à Eversource : une gestion à la pièce qui réagit en fonction de la pression sociale.

Quand, face à une controverse qui ne faisait que croître, les promoteurs de la compagnie sont retournés à la table à dessin et ont proposé d'enfouir la ligne sur une partie du tracé (80 km sur un total de 309 km), c'était trop peu, trop tard.

Le projet aurait-il pu être accepté?

La réponse est oui, si le promoteur avait pris soin de bien préparer son projet et d'aller chercher le soutien nécessaire pour en assumer les coûts supplémentaires.

Voici trois propositions qu'Eversource aurait pu mettre sur la table :

1) Enfouir la ligne

« Nous aurions accepté la ligne s'ils avaient proposé de l'enfouir au complet », affirme Richard Samson, commissaire du comté de Coös, dans le nord de l'État, et opposant de la première heure. « Mais Eversource a toujours été très arrogante envers nous », lance-t-il.

Depuis le départ, les opposants affirmaient que le projet pourrait aller de l'avant si la ligne proposée était enfouie sur toute la longueur. Ce qu'a refusé de faire Eversource, pour des raisons économiques.

Bill Quinlan, PDG d'Eversource.Bill Quinlan, PDG d'Eversource. Photo : Radio-Canada / Etienne Leblanc

« Ça coûterait trop cher », estime le PDG d'Eversource, Bill Quinlan. « Enfouir la ligne coûterait au bas mot un milliard de dollars supplémentaires. Le projet ne serait plus viable économiquement », dit-il.

Cela aurait été beaucoup plus cher, il n'y a pas à en douter. Et peut-être qu'au bout du compte, ça n'aurait jamais été viable. Mais c'était certainement une des façons pour « prouver qu'il n'y aurait pas d'effets négatifs sur le développement de la région », pour reprendre les termes des sept commissaires qui ont rejeté le projet.

Dans cette région dont le pilier économique est le tourisme de plein air, on aurait peut-être pu proposer que les coûts supplémentaires de l'enfouissement soient partagés entre différents acteurs, qui auraient eux-mêmes tiré avantage des retombées économiques de la ligne de transmission.

2) Construire la ligne sur l'emprise de l'autoroute 93

C'était la solution de compromis. Ceux qui ne juraient que par l'enfouissement ne voulaient pas l'entendre. Mais d'autres pensaient que ça aurait pu être un compromis acceptable. L'autoroute a déjà modifié le paysage et emprunte un trajet direct nord-sud.

Pourquoi ne pas profiter de cette cicatrice déjà construite pour y ajouter une ligne de transmission électrique sur le côté? C'est ce qu'on fait avec les grandes lignes de TGV en Europe, qui sont souvent construites le long des autoroutes.

Un seul hic : l'emprise de l'autoroute 93 - qui comprend les voies de circulation, les accotements, les fossés - appartient à l'État du New Hampshire, à qui Eversource aurait eu à payer des redevances.

Encore une fois, on a voulu économiser des sous. Mais à quel prix?

3) Offrir de l'électricité au New Hampshire

Dès le départ, le projet était clair. Il ne visait pas à approvisionner le New Hampshire en énergie hydroélectrique, mais plutôt à transporter l'électricité jusqu'au Massachusetts.

Aurait-on pu offrir aux résidents du New Hampshire de garder une partie de cette électricité québécoise? Après tout, le New Hampshire carbure à l'énergie nucléaire et aux énergies fossiles. L'État aurait pu négocier pour garder une partie de l'énergie hydroélectrique, au nom de la protection de l'environnement.

Un message qui aurait très bien pu passer dans cet État de randonneurs et de skieurs.

Malheureusement, aucune de ces solutions n'a été mise en avant. Dès le départ, le promoteur a fait le pari que le projet le moins cher était le meilleur. Et il a perdu.

Énergie

International