•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à l’ABI : la ministre Vien convoque les parties

Devant des micros et des téléphones intelligents, Dominique Vien répond au question des journalistes. À sa gauche, Jean-Denis Girard.

La ministre responsable du Travail, Dominique Vien, accompagnée du député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre responsable du Travail, Dominique Vien, souhaite rencontrer le syndicat des Métallos et la direction de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) ce vendredi. Elle veut les convaincre de reprendre les négociations.

La rencontre doit se dérouler à l'Assemblée nationale, dans les bureaux de la ministre Vien. À l’entrée du caucus du Parti libéral du Québec, mardi, elle s’est dite préoccupée par le conflit de travail, affirmant qu’il n’y a eu aucune séance de médiation entre les deux partis depuis la première journée du lock-out, le 11 janvier dernier.

On m’informe que les positions sont campées. Qu’il n’y a pas, dans un horizon proche, de rencontre de prévue. Alors évidemment, nous sommes préoccupés par l’impact économique, beaucoup, de cette entreprise. C’est 150 sous-traitants qui sont en lien avec ABI.

Dominique Vien, ministre responsable du Travail

Pour illustrer son propos, la ministre responsable du Travail indique que toute proportion gardée, les 1030 employés syndiqués de l’ABI à Bécancour équivalent à 28 000 employés syndiqués à Montréal.

Les Métallos favorables à la convocation

Le syndicat voit d'un bon oeil l’initiative de la ministre Vien, affirmant que toutes ses actions visent la reprise des négociations.

Cherchant également à se faire entendre, les employés en lock-out de l’ABI ont cependant toujours l’intention de manifester, mercredi, devant l’Assemblée nationale. Une motion invitant à une reprise des négociations sera alors déposée par le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois.

Les Métallos espèrent d’ailleurs que le gouvernement libéral appuiera cette motion, qui doit être débattue par les parlementaires vers 11 heures.

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale