•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ presse Québec d'offrir des « emplois intéressants » aux infirmières

Véronique Hivon et Diane Lamarre s'adressent aux journalistes

La vice-cheffe du Parti québécois, Véronique Hivon, et la porte-parole de l'opposition en matière de Santé, Diane Lamarre

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti québécois presse le gouvernement Couillard de prendre les grands moyens pour résorber la crise dans les hôpitaux, où les infirmières, épuisées, ont besoin d'importants renforts. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s'est dit prêt à revoir le ratio infirmière-patients.

Les députées Véronique Hivon et Diane Lamarre réclament de Québec qu'il offre des « emplois intéressants » pour convaincre la relève de se joindre aux infirmières.

La vice-cheffe du Parti québécois, Véronique Hivon, soutient que le système de santé est « à risque » si le gouvernement Couillard n'intervient pas rapidement. « L'épuisement est très présent déjà. Il ne va qu'en s'amplifiant », précise-t-elle.

C'est vrai qu'il y a des postes affichés, mais on n'arrive pas à les combler. Pourquoi? Parce qu'en ce moment dire oui à un poste, c'est prendre un billet vers l'épuisement professionnel.

Une citation de : Véronique Hivon, vice-cheffe du Parti québécois

La porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Diane Lamarre, propose aux libéraux de libérer « une marge budgétaire adéquate pour permettre d'avoir des emplois intéressants, ouverts pour les infirmières, les infirmières auxiliaires et préposées aussi ».

Diane Lamarre assure qu'actuellement il y a « 3000 infirmières disponibles pour 800 postes à combler », mais ces professionnelles hésitent à postuler en raison des conditions de travail difficiles.

« Il faut leur envoyer le message qu'on a compris que la situation est intenable pour elles et qu'on prend des mesures d'urgence pour qu'elles sachent que, si elles disent oui à un poste, elles vont être soutenues adéquatement », ajoute Véronique Hivon.

La vice-cheffe du PQ a rappelé le cas de l'infirmière Émilie Ricard, qui a lancé un cri du coeur la semaine dernière sur Facebook. « Dans une nuit, [elle avait la responsabilité de] plus de 72 patients en CHSLD. Ça dépasse l'entendement d'avoir tout ce poids, toute cette responsabilité sur les épaules », évoque Véronique Hivon.

Les députées du PQ n'ont pas pu chiffrer le nombre de postes qui devraient être créés pour résorber la crise. Diane Lamarre suggère au ministre de la Santé de consulter les PDG des CIUSSS et des CISSS pour connaître leurs besoins.

Cette sortie du Parti québécois a eu lieu à quelques heures de la rencontre entre le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard.

Véronique Hivon et Diane Lamarre demandent au ministre Barrette d'être à l'écoute.

« Ce n'est pas un ministre qui a fait preuve de beaucoup d'écoute tout au long de son mandat. Souvent, les solutions originent des gens qui sont sur le terrain. Les infirmières sont très sur le terrain [...] Il doit se mettre en mode écoute », soutient Diane Lamarre.

« Revendications légitimes », selon Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, reconnaît que les infirmières ont « clairement des revendications légitimes ».

Moi, j’ai toujours été d’accord pour dire que le temps supplémentaire obligatoire, par exemple, est réellement un fléau. Tout comme je suis d’accord que la question des ratios doit être revisitée, mise à jour.

Une citation de : Gaétan Barrette, ministre de la Santé

Le ratio infirmière-patients sera discuté lors de sa rencontre avec la FIQ. « On va mettre en place une mécanique et un plan pour amener les ratios au bon endroit. [...] Il y a une certaine complexité à ça. On va discuter de ça aujourd'hui », avance-t-il.

Réaction de Québec solidaire

Le député de Mercier, Amir Khadir, est aussi d'avis « qu'il faut diminuer le ratio patient-infirmière ».

Une des raisons qui fait que les infirmières ne prennent pas de postes à temps plein, [c'est] parce qu'elles savent dans quelles conditions on travaille actuellement dans le réseau de la santé.

Une citation de : Amir Khadir, député solidaire de Mercier

Amir Khadir croit que cette mesure permettrait de pourvoir les postes à temps plein.

« Gaétan Barrette a bien des torts. Les solutions caquistes qu’il a instaurées dans le réseau de la santé, mais pour le compte de M. Couillard, et bien ça donne ce que ça donne, soit la catastrophe à laquelle on assiste actuellement et la démobilisation de tout le monde », déplore Amir Khadir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !