•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beaucoup de travail à la Bikery de Moncton en prévision du printemps

Une participante répare un vélo avec plusieurs dizaines d'autres vélo derrière elle.

Près de 200 vélos doivent être réparé avant le début de la saison 2018 de la Bireky.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Massé

Radio-Canada

À la Coopérative de vélo la Bikery, près de 200 vélos attendent de se faire réparer avant de pouvoir être donné ou vendu à un nouveau propriétaire. C'est pourquoi lundi soir un « réparathon » avait lieu dans les locaux. Les gens étaient invités à venir travailler et apprendre les rudiments de la mécanique de vélo.

Un texte de Mathieu Massé

La coopérative de vélo recueille tous les vélos que les gens de la communauté leur donnent. Ils les réparent pour ensuite les donner aux moins nantis ou les revendre pour réinvestir en équipement comme des outils pour l’atelier. « Tout de suite, on a presque 200 vélos en storage à la Bikery, alors il faut en faire de la réparation avant que la saison commence. », explique Corey Herc, un bénévole de longue date à la Bikery.

La soirée de « réparathon » est une bonne occasion de partager ses connaissances avec tous ceux qui viennent donner du temps. « Par exemple, si tu veux apprendre à changer des câbles ou à réparer une roue, je peux aider avec ça et les gens vont venir ici pour travailler quelques heures et apprendre en même temps », explique M. Herc.

Recycler, réutiliser...réparer

Suzanne Melanson ne connaît rien en mécanique de vélo, mais elle est l’instigatrice des cafés de réparation qui ont lieu à Moncton quelques fois par année. Elle voulait s’impliquer dans la soirée de ce soir pour apprendre et redonner à la communauté.

Les soirées comme le « réparathon » ou les cafés de réparation sont essentielle à la vitalité d’une ville, explique Mme Melanson. « Ça fait partie de l’économie de partage et ça encourage les jeunes à rester chez nous quand on a une vie créative. On peut certainement être compétitif avec des grosses villes, même si on n’a pas la même population. »

Catherine Laprade est arrivée récemment à Moncton. Sans voiture, elle a rapidement découvert la Bikery en y achetant un vélo pour ses déplacements quotidiens. « Je suis quelqu’un qui aime beaucoup le vélo, mais surtout, j’habite au centre-ville, donc c’est certain que le vélo était le moyen de transport que je voulais faire », se rappelle-t-elle.

Corey Herc explique à Catherine Laprade comme changer le ruban de guidon sur un vélo.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Corey Herc explique à Catherine Laprade comme changer le ruban de guidon sur un vélo.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Massé

J’aime aussi beaucoup la mission de la Bikery. Ça permet d’offrir un moyen de transport et un loisir pas cher. Et, en plus, tu peux apprendre des nouvelles compétences en les réparant.

Catherine Laprade, participante

Du pain sur la planche

Le « réparathon » de lundi soir était le premier événement de la sorte pour la saison 2018 de la Bikery, mais beaucoup de travail reste encore à faire avant de réparer tous ces vélos et de fournir ces montures à de nouveaux propriétaires.

Corey Herc affirme que quelques autres « réparathons » sont en vue. Il suffit d'avoir un oeil sur la page Facebook de la coopérative.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Transport en commun