•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

64 réfugiés maintenant installés à Rimouski

La première famille de réfugiés parrainés par l'État est arrivée à Rimouski à la mi-avril.

La première famille de réfugiés parrainés par l'État est arrivée à Rimouski à la mi-avril.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au total, 64 réfugiés se sont établis à Rimouski depuis que la ville a été officiellement désignée ville d'accueil par le gouvernement du Québec, en janvier 2017. L'organisme Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent souhaite maintenant les mettre davantage en contact avec les autres Rimouskois et les employeurs potentiels.

Un texte de Julie Tremblay

La majorité des réfugiés qui ont été accueillis proviennent du continent africain, principalement du Congo et de la République centrafricaine. Dix-huit d'entre eux parlaient déjà français à leur arrivée, mais la plupart sont toujours en processus de francisation.

« C'est la base pour un avenir plus prometteur », indique la directrice générale d'Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent, Mahnaz Fozi. « On veut les encourager à poursuivre l'apprentissage de la langue, parce que s'ils vont rapidement sur le marché du travail, ils vont avoir un travail un peu précaire et après cinq ans, ils n'[auront] plus accès aux cours de francisation. »

Provenance des réfugiés accueillis à Rimouski :

  • Congo : 17 adultes, 7 enfants
  • Guinée : 1 adulte
  • Côte d'Ivoire : 1 adulte, 2 enfants
  • Colombie : 9 adultes, 5 enfants
  • République centrafricaine : 20 adultes, 2 enfants

Actuellement, 4 des 64 réfugiés accueillis ont un emploi. La plupart des réfugiés ne sont à Rimouski que depuis quelques mois.

L'organisme souhaite toutefois entreprendre des démarches auprès des employeurs afin de favoriser l'embauche des réfugiés.

Le Bas-Saint-Laurent a besoin de main-d'œuvre. Si on a un bassin de personnes qu'on peut utiliser, les questions culturelles, ce ne sont pas des obstacles majeurs.

Danielle Dufresne, présidente d'Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent

« Ce sont simplement des ajustements qu'il faut faire, et nous, on veut jouer un rôle dans ça auprès des employeurs », ajoute la présidente.

La directrice d'Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent, Mahnaz Fozi, ainsi que sa présidente, Danielle Dufresne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La directrice d'Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent, Mahnaz Fozi, ainsi que sa présidente, Danielle Dufresne

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Accueillir et connaître les nouveaux Rimouskois

En plus des démarches auprès des employeurs, Accueil et intégration améliorera son système de jumelage entre les réfugiés et les Rimouskois au cours des prochains mois.

L'organisme a obtenu une subvention de 25 000 $ sur trois ans afin de mieux outiller les familles qui souhaitent accompagner les nouveaux arrivants.

On aimerait organiser plus de rencontres avec les familles jumelles pour leur permettre de parler de leur expérience. [...] On pourrait même offrir une formation pour leur permettre de mieux aider les autres dans leur démarche d'intégration.

Mahnaz Fozi, directrice d'Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent

Actuellement, deux personnes travaillent à temps plein chez Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent, qui est le seul organisme d'accueil des réfugiés et des immigrants dans la région.

Mme Fozi espère cependant que le ministère de l'Immigration bonifie l'aide apportée à l'organisme, afin de pouvoir embaucher d'autres ressources.

Elle considère que Rimouski devrait accueillir une soixantaine d'autres réfugiés au cours de l'année 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !