•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé : le « gouvernement des docteurs » en a plein les bras

La situation des infirmières qui sont à bout de souffle continue de susciter de nombreuses réactions.
La situation des infirmières qui sont à bout de souffle continue de susciter de nombreuses réactions. Photo: iStock / Wavebreakmedia
Radio-Canada

On le sait depuis les années 1980, quand les infirmières avaient débrayé en pleine campagne électorale et que Robert Bourassa l'avait appris à la dure : quoi qu'il arrive à la table des négociations, devant l'opinion publique, un gouvernement ne peut pas gagner contre les infirmières.

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi Info

Or, à sept mois du début de la campagne électorale, les négociations avec les infirmières viennent de commencer au niveau local, avec une nouvelle direction syndicale qui n’a aucune intention de faire de cadeau au tout-puissant ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

Pour le gouvernement sortant, qui sera notamment jugé sur la réalisation de ses promesses en santé, c'est bien la plus mauvaise nouvelle qui pouvait arriver à celui qu'on a surnommé « le gouvernement des docteurs ».

La situation qui avait cours quand l’équipe libérale est arrivée au pouvoir, que ce soit dans la version Charest en 2003 – quand on ne promettait rien de moins que de régler les problèmes d’attente dans les urgences – ou dans la version Couillard en 2014 – 50 « supercliniques » ouvertes sept jours sur sept, alors qu’il y en a à peine la moitié –, n’a pas fondamentalement changé.

Et il a suffi qu'une infirmière publie un cri du cœur sur Facebook pour rappeler à tout le monde que tout ne va pas pour le mieux dans le monde de la santé.

La semaine dernière a été particulièrement éprouvante pour le gouvernement. Parce qu’il a, pour l’essentiel, envoyé le message qu’il avait tout essayé et qu’il n’avait plus rien à offrir comme solution en santé.

D’abord, le premier ministre Couillard a demandé aux infirmières de lui envoyer leurs suggestions. Pour régler un problème de ratio – et donc, de gestion – où des infirmières sont parfois seules responsables d’une centaine de patients pendant la nuit.

Puis il a rejeté le blâme sur les infirmières avec un manque d’empathie sidérant. Les infirmières, a-t-il dit, « noircissent la situation et perpétuent le problème » en ne voulant pas postuler pour des postes permanents qui viennent avec une obligation d'heures supplémentaires. Plusieurs préfèrent, en effet, rester dans un statut plus précaire, mais avec une semaine de quatre jours et des quarts de travail normaux.

« Voyez l’absurdité de la situation », a tonné le premier ministre, comme si le modèle actuel des conditions de travail des infirmières était d’une si grande perfection qu’il était le seul envisageable.

Le ministre « paratonnerre des frustrations »

Pourtant, si on demande aux citoyens, il y a fort à parier qu’ils trouveront beaucoup plus absurde de donner des primes à l’assiduité aux médecins, alors que personne d’autre dans le réseau ne demande à être indemnisé pour arriver à l’heure.

Puis M. Couillard a défendu son ministre Gaétan Barrette en disant qu’il y avait en santé des besoins infinis et des ressources limitées.

Le ministre de la Santé a convenu qu’il était devenu le « paratonnerre des frustrations » de tout le réseau. Comme si une grande part de ces frustrations ne venaient pas de ses réformes qui lui permettent d’intervenir de façon verticale dans tout dossier où il juge utile d’exercer ses talents pour la microgestion, comme le dénonçaient, au cours de la même semaine, les administrateurs du réseau.

Mais revenons aux infirmières. Les problèmes sont connus, c’est que ce qui devait être une exception est devenu la règle : les heures supplémentaires obligatoires ou des activités comme changer des culottes d’incontinence, qui devraient être faites par d’autres personnes, mais qui se retrouvent encore trop souvent dans la cour des infirmières.

Surtout, le système n’est pas adapté aux nouvelles générations de travailleurs qui, dans tous les milieux, exigent qu’on respecte leur qualité de vie et une capacité de conserver un certain équilibre entre le travail et la famille.

Pourquoi les infirmières devraient-elles « avoir la vocation » au point d’être les seules à devoir se soumettre aux heures supplémentaires obligatoires et tout ce qui vient avec pour la vie familiale?

Pour les libéraux, cette négociation des conditions de travail à l'échelon local arrive au plus mauvais moment. Même si elles ne sont pas dans une phase cruciale, il y a fort à parier que les infirmières d’aujourd’hui emploieront les mêmes méthodes que dans les années 1980 et s’inviteront dans la campagne électorale.

Dans ce contexte, la campagne de publicité de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), lancée il y a quelques jours, prend l’allure d’un véritable coup de semonce.

Politique provinciale

Politique