•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'envoi de la Semaine de la prévention du suicide au Bas-Saint-Laurent

Une dizaine de personne en randonnée de raquette

Des participants du Défi plein air des neiges

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La première grande activité de la Semaine de prévention du suicide au Bas-Saint-Laurent, le Défi plein air des neiges, a attiré un nombre record de 142 participants.

Les organisateurs attribuent ce succès de participation au fait que le sujet est moins tabou et que les gens comprennent davantage que parler franchement du suicide est un moyen de le prévenir.

Ça veut dire que ça vient enlever une idée préconçue depuis longtemps que lorsqu'on en parle, on a peur de créer l'idée chez la personne. C'est complètement faux.

Louis-Marie Bédard, directeur général du Centre de prévention du suicide du Bas-Saint-Laurent
Louis-Marie Bédard en entrevue à l'extérieurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis-Marie Bédard est le directeur général du Centre de prévention du suicide du Bas-Saint-Laurent

Photo : Radio-Canada

Le thème de cette 28e Semaine de prévention du suicide est sans équivoque : « Parler du suicide sauve des vies ». La coordonnatrice du Défi plein air des neiges, Mélissa Bérubé, estime que les gens sont plus enclins à parler étant donné que le suicide est un sujet qui est moins tabou qu'auparavant.

Moi, je le sens, c'est moins tabou. Souvent les gens viennent, il y a beaucoup, beaucoup de gens qui viennent nous en parler.

Mélissa Bérubé, coordonnatrice du Défi plein air des neiges
Les participants sont en pause près d'un petit chaletAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des participants du Défi plein air des neiges

Photo : Radio-Canada

Le président des Producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, a accepté la présidence d'honneur de l'événement, car il sait que certains de ses membres souffrent souvent en silence.

Il y a de plus en plus d'agriculteurs touchés par la détresse psychologique et qui, souvent, ne sont pas les premiers à aller consulter, à aller demander de l'aide.

Gabriel Belzile, président des Producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent
Le président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel BelzileAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile

Photo : ICI Radio-Canada

À ceux qui ont des doutes sur un proche, Louis-Marie Bédard dit d'oser le dialogue. À ceux qui ont des idées sombres, il dit que de son expérience, personne ne veut mourir. Il n'y a que le désir que la souffrance cesse, ce qui peut s'obtenir en en parlant.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Suicide

Société