•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Photos sur les réseaux sociaux : une campagne de sensibilisation au respect de la vie privée

Brittany Warren participe à la campagne de sensibilisation «Don't Pic Me».

Brittany Warren participe à la campagne de sensibilisation «Don't Pic Me».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Nos téléphones intelligents sont devenus comme le prolongement de nos bras. Une photo est prise et publiée sur les réseaux sociaux en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Mais demandez-vous toujours la permission aux sujets de vos photos avant de les publier? Une campagne de sensibilisation lancée en Nouvelle-Écosse vise à intégrer ce réflexe chez les utilisateurs.

Une fois qu’une photo est mise en ligne et partagée, il existe bien peu de recours pour en obtenir le retrait.

Brittany Warren est passionnée de photographie. Elle a longtemps publié ses photos sur le web sans se poser de questions. Son raisonnement a toutefois changé depuis qu'elle s'est engagée dans la campagne Don't Pic Me.

Un groupe de jeunes femmes se prend en photo avec un téléphone intelligent.

Avec l'avènement des téléphones intelligents, les photos sont vite prises et vite partagées sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada

Cette campagne en ligne vise à intégrer un réflexe bien simple chez les utilisateurs de réseaux sociaux. « Les gens doivent s’assurer du consentement de leurs sujets avant de publier une photo en ligne », explique Brittany Warren.

Si le geste peut sembler inoffensif, voire même anodin, plusieurs exemples prouvent le contraire, dit-elle. Une photo qui apparaît sur les médias sociaux sera vue et partagée à de nombreuses reprises et la plupart des gens ne sauront rien du contexte où elle a été prise.

Brittany Warren a été particulièrement touchée par l’histoire d’une femme dont la photo a été prise dans un aéroport du Colorado.

La mère de famille attendait un vol depuis plusieurs heures et avait déposé son bébé pour qu’il s’étire, le temps d'appeler des proches pour donner de ses nouvelles. « C’était pris complètement hors contexte et cette femme a été perçue comme une mère indigne par des millions d’internautes », déplore Mme Warren.

Peu de recours

Selon David Fraser, un avocat spécialisé en droit à la vie privée, il n’existe pas en général, au Canada, de recours juridiques si quelqu’un publie une photo de vous prise dans un lieu public sans votre consentement.

David Fraser, avocat spécialisé en droit à la vie privée

David Fraser, avocat spécialisé en droit à la vie privée

Photo : Radio-Canada

La droit à l’image et à la vie privée est toutefois beaucoup mieux protégé au Québec.

Selon M. Fraser, la publication de photos sur les réseaux sociaux relève plus du vivre-ensemble que du droit. « Je pense que dans une société civilisée, c’est plutôt une question de politesse et de respect. »

Pour Brittany Warren, Il faut surtout que les gens prennent conscience de l'impact de leurs gestes sur la vie privée des autres.

D'après un reportage d'Olivier Lefebvre

Nouveau-Brunswick

Médias