•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le père de victimes de Nassar tente de se jeter sur lui en cour

Randall Margraves est rejoint par un agent juste agent d'atteindre Larry Nassar.

Les agents de police sont intervenus aussitôt que Randall Margraves s'est jeté sur Larry Nassar.

Photo : Reuters / Rebecca Cook

Radio-Canada

Le père de trois des centaines de victimes de Larry Nassar, ancien thérapeute de la Fédération américaine de gymnastique jugé pour agressions sexuelles, a soudainement tenté de se jeter sur lui, vendredi matin, interrompant du coup les procédures qui se déroulaient à Charlotte, dans le Michigan.

Randall Margraves venait d’entendre les témoignages de deux de ses filles.

Des images du procès diffusées à la télévision montrent M. Margraves qui se précipite en hurlant et en jurant vers l'accusé. Il a cependant été plaqué au sol par la sécurité du tribunal avant d’atteindre le médecin. « Je veux ce fils de pute! » a-t-il crié tandis les agents le menottaient.

M. Margraves a ensuite expliqué avoir agi sous le coup de l’émotion et de la détresse. La juge Janice Cunningham a néanmoins décidé de le bannir de la salle d’audience.

L'accusé a lui aussi été évacué de la salle et l'audience a été suspendue pendant 20 minutes.

Gros plan de Randall Margraves, le visage plaqué contre le sol, retenu par plusieurs agents.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'incident s'est déroulé très rapidement.

Photo : Reuters / Rebecca Cook

Avant l’incident, M. Margraves avait présenté une demande particulière à la magistrate :

Je vous demanderais, dans le cadre de la sentence, de me donner cinq minutes dans une pièce barrée avec ce démon.

Randall Margraves, père de trois victimes de Larry Nassar

« Vous savez bien que ce n’est pas ainsi que fonctionne notre système de justice », avait répondu la juge Cunningham.

« Et bien, je vais devoir... » avait-il dit, avant de s'interrompre et de s’élancer vers l’accusé sans autre avertissement.

La procureure de l’État du Michigan Angela Povilaitis a semoncé Randall Margraves avant qu’il ne soit expulsé du tribunal, lui disant que ce n’était pas un comportement approprié. « Ça revient à lui donner du pouvoir sur nous », a-t-elle estimé.

« Ce n’est pas vous qui avez vécu tout ça », lui a rétorqué M. Margraves.

« Qu'est-ce que vous feriez si ça vous arrivait? » a-t-il encore lancé, cette fois à l’intention des policiers qui l'emmenaient.

Larry Nassar, ancien médecin sportif, lors de son nouveau procès tenu en Caroline du Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien médecin sportif a déjà plaidé coupable aux nouvelles accusations portées contre lui.

Photo : Reuters / Rebecca Cook

Des centaines de témoignages

Ses filles Lauren et Madison Margraves avaient un peu plus tôt relaté avec beaucoup d’émotion comment Nassar les avait agressées. Une autre fille de M. Margraves avait témoigné contre l'ex-thérapeute, le mois dernier, dans un autre procès.

Récemment condamné à des peines totalisant jusqu'à 175 ans pour agressions sexuelles et détention de matériel pédopornographique, Larry Nassar, un ostéopathe, demeurera par conséquent en détention jusqu’à la fin de ses jours.

Il est à nouveau jugé depuis mercredi dernier, cette fois par le tribunal de Charlotte, dans le Michigan, pour des agressions sexuelles commises au centre d'entraînement Twistars. Il encourt de 40 à 125 années de prison supplémentaires. Au moins 65 victimes présumées ont demandé à témoigner. Larry Nassar a déjà plaidé coupable.

Accusé d'avoir agressé au moins 265 jeunes athlètes sur une période de 20 ans, Nassar est à l'origine du plus grand scandale sexuel de l'histoire du sport américain.

Avec les informations de CNN, et Agence France-Presse

Procès et poursuites

Justice et faits divers