•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants étrangers se sentent trahis par les universités albertaines

Les étudiants albertains payent un peu plus de 5300$ de droits de scolarité pour un semestre à l'Université de l'Alberta. Pour les étudiants étrangers, le coût est quadruplé. Des étudiants qui marchent sur le campus de l'Université de l'Alberta
Les étudiants albertains payent un peu plus de 5300 $ de droits de scolarité pour un semestre à l'Université de l'Alberta. Pour les étudiants étrangers, le coût est quadruplé. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Conseil des étudiants universitaires de l'Alberta (Council of Alberta University Students) estime que les étudiants étrangers sont exploités financièrement par les universités de la province.

Dans un récent rapport, le conseil dénote les nombreuses difficultés qu’éprouvent les étudiants notamment en matière de logement, d’emploi et de financement.

Selon les données du rapport, depuis 2010 les droits de scolarité ont augmenté de plus de 17 % pour les étudiants internationaux comparativement à 4,4 % pour les étudiants albertains.

À titre d’exemple, un étudiant canadien dans un programme d’arts et humanité de 1er cycle a payé en 2017 - 2018 des droits de scolarité d’un peu plus de 5300 $ pour un semestre tandis qu’un étudiant étranger a payé plus de 20 300 $ pour le même semestre.

Reed Larsen, président du Conseil des étudiants universitaires de l'Alberta, affirme que la grogne monte chez les étudiants étrangers.

Ils se sentent trahis lorsqu’ils constatent que les droits de scolarité augmentent d’année en année.

Reed Larsen, président, Conseil des étudiants universitaires de l'Alberta

Il explique que les nombreux coûts associés à la scolarité au Canada sont souvent cachés aux étudiants avant leur arrivée au pays.

« Le véritable coût de la vie en Alberta n’est pas présenté aux étudiants de façon claire, la publicité entourant cet aspect est plutôt trompeuse. »

Vaches à lait universitaires

Un sentiment de trahison et d'abandon c'est ce que ressent Akram Hammami, étudiant tunisien et président de l'Association des étudiants internationaux de l'Université de l'Alberta.

L’étudiant de quatrième année en enseignement secondaire à l’Université de l’Alberta doit enchaîner les emplois pour arriver à payer ses frais de scolarité. Il fait également appel à la banque alimentaire pour subvenir à ses besoins.

On est des étudiants de seconde classe malheureusement, on est juste ici pour l'argent, pour payer l'argent à l'université.

Akram Hammami, président, Association des étudiants internationaux, Université de l'Alberta

Il souhaite, tout comme Reed Larsen, que le gouvernement de l’Alberta gèle les droits de scolarité pour les étudiants étrangers comme il l’a fait pour les étudiants de la province. Un plus grand accès aux bourses d’études est également demandé.

« Il faut investir dans cette richesse [ les étudiants internationaux ], ne pas l'épuiser. »

Alberta

Éducation