•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce vibrateur connecté peut être piraté à distance

Un vibrateur à distance et un téléphone intelligent.

Le contrôle à distance - sans consentement - du vibrateur est possible en raison d’une fonctionnalité défectueuse sur l’application du Panty Buster.

Photo : Amazon / Vibratissimo Panty Buster

Radio-Canada

Mesdames, messieurs, gare à votre godemiché connecté à Internet! Une entreprise de cybersécurité a démontré que certains objets sexuels wi-fi peuvent être piratés à distance et révéler des informations personnelles sur leurs utilisateurs, notamment sur leurs préférences sexuelles et leur orientation, et même des photos.

La firme technologique autrichienne SEC Consult a annoncé jeudi sur son blogue (Nouvelle fenêtre) qu’elle avait décelé des failles de sécurité dans plusieurs objets sexuels connectés à Internet. La faille la plus importante concerne les quelque 50 000 personnes utilisant le vibrateur à distance Panty Buster, produit par l’entreprise Vibratissimo.

À partir du site Internet de l’entreprise, SEC Consult a pu mettre la main sur des données personnelles des utilisateurs, comme des images sexuellement explicites, des mots de passe et leur adresse postale. L'accès aux images est rendu possible en raison des fonctionnalités de clavardage de l'application mobile Panty Buster, qui accompagne le vibrateur.

Le contrôle à distance - sans consentement - du vibrateur est également possible en raison d’une fonctionnalité défectueuse sur l’application.

Afin de démontrer à quel point il est facile de pirater le vibrateur, SEC Consult a fait part de sa méthode dans une courte vidéo (en anglais).

Bien que la brèche de sécurité n’ait pas encore été colmatée par Vibratissimo, SEC Consult croit que des mises à jour seront offertes sous peu.

« Les tests de sécurité initiaux ont montré qu’il y avait d’importantes failles de sécurité mais [Vibratissimo] a affirmé qu’elle les règlerait sous peu, a dit à Forbes Johannes Greuil, qui dirige le SEC Consult Vulnerability Lab. Comme toujours, nous recommandons d’autres tests afin d’élever le niveau de sécurité sur ce type de produits. »

Avec les informations de Forbes

Internet

Techno