•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Des médecins se prononcent sur la « gueule de bois » en 1983

    Un homme non reconnaissable boit une bière dans un gros verre.

    La consommation d'alcool, en 1983

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    En février, la Fondation Jean Lapointe lance le défi 28 jours sans alcool, l'occasion pour certains de passer un mois complet de sobriété. Découvrez quelques conseils sur la consommation qu'ont prodigué des experts de la santé il y a 35 ans.

    Le 2 janvier 1983, au retour des Fêtes, l’émission Science-réalité se penche sur le « syndrome du lendemain de la veille ». Les journalistes Donald Dodier et Solange Gagnon présentent un reportage sur les effets de l’alcool sur le corps. Ils s’intéressent aussi aux remèdes pour lutter contre ses méfaits.

    Qu’est-ce que ça signifie, avoir la «  gueule de bois  »?

    Selon le Dr Juan Negrete de l’Hôpital général de Montréal, il s’agit d’un état de malaise qui survient au lendemain d’un abus d’alcool. En entrevue, le médecin énumère les symptômes de la « gueule de bois ». Mal de tête, nausée, instabilité, manque de coordination, insécurité et étourdissements font partie des désagréments liés à une trop grande consommation de boissons alcoolisées.

    La Dre Julie Bruneau de l’Hôpital Saint-Luc explique qu’après un excès, on se sent fragile, inerte et on peut souffrir de vomissements. Les sons peuvent même nous apparaître plus aigus.

    Science-réalité, 2 janvier 1983

    Des remèdes pour lutter contre le « lendemain de la veille »

    À l’époque, des chercheurs en Californie développent la « Sober Aid », une pilule neutralisant les effets de l’alcool. Selon leurs tests, ce médicament ne diminuerait pas le taux d’alcoolémie dans le sang, mais pourrait améliorer les performances des gens intoxiqués. La Dre Julie Bruneau se montre prudente devant cette pilule qui doit être vendue comme supplément vitaminique. Au moment de l’entrevue, la « Sober Aid » n’avait pas encore été reconnue par la communauté scientifique.

    On ne trouvera jamais de pilule miracle pour que quelqu’un qui est saoul devienne sobre 15 minutes après.

    La Dre Julie Bruneau
    La médecin, en entrevue

    La Dre Julie Bruneau, en 1983

    Photo : Radio-Canada

    Selon le Dr Juan Negrete, la meilleure façon d’éviter les méfaits est de les prévenir. « S’il n’y a pas d’intoxication, il n’y a pas de gueule de bois. » Il faut donc boire lentement, prendre des pauses et manger lorsque l’on consomme bières, vins et spiritueux. Ainsi le foie pourra les métaboliser.

    La Dre Julie Bruneau précise que siroter un café en fin de soirée ne change rien aux effets désagréables de l’alcool. Il n’est qu’un irritant supplémentaire pour l’estomac.

    Il n’y a pas de recette meilleure que l’autre, la seule recette est de ne pas boire.

    La Dre Julie Bruneau

    Science-réalité, à l’antenne de 1975 à 1988

    L’émission tente d’expliquer, en 30 minutes, les implications de la science et de la technologie dans la vie quotidienne. Elle est animée par Joël LeBigot de 1975 à 1977, entouré de collaborateurs dont Fernand Seguin ou encore Yanick Villedieu. Le magazine est ensuite animé par Donald Dodier de 1977 à 1984 puis Gilles-Philippe Delorme de 1984 à 1988.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Santé