•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une promenade sur la route de glace le long de la côte de la baie James

Sur la route du retour, Marc Johnson a pu photographier le coucher de soleil

Sur la route du retour, Marc Johnson a pu photographier le coucher de soleil.

Photo : Marc Johnson

Radio-Canada

Il existe de multiples façons de profiter du Grand Nord : pagayer le long de la riviere Missinaibi jusqu'à la côte de la baie James, rouler le long des voies ferrées à bord d'un train qui rejoint Cochrane... ou conduire sur une route de glace. C'est l'expérience qu'ont vécue deux Ontariens sur la route Wetum. Un voyage de longue haleine dans un désert blanc.

Un texte de Camille Feireisen


Marc Johnson, un résident de Hallebourg, et Fred Neegan ont emprunté la route Wetum qui relie la communauté de Smooth Rock Falls sur la route 11 aux communautés Moosonee et Moose Factory de la baie James.

Les deux voyageurs ont fait l'aller-retour de Hearst jusqu'à Moose Factory mardi.

panneau jaune de la route Wetum annonçant les 170 km et la direction vers Moose Factory

La route Wetum s'étend sur environ 170 kilomètres.

Photo : Marc Johnson

Le chemin Wetum est une route hivernale qui dessert la Première Nation Moose Cree, dans le Nord de l'Ontario.

Pour l'anecdote, Marc Johnson raconte que la route porte le nom des conseillers municipaux Peter Wesley (pour le « We ») et Robert Echum (pour le « um »).

La route s'étend sur environ 170 kilomètres entre Otter Rapids et Moose Factory 68. L'extrémité sud rejoint la route 634 Ontario à Fraserdale jusqu'à Smooth Rock Falls où elle rejoint la route 11 à Thunder Bay ou au sud jusqu'à Toronto par l'autoroute 400.


Marc Johnson et Fred Neegan posent devant leur voiture sur la route Wetum

Marc Johnson et Fred Neegan ont fait la route en voiture d'hiver, pour la première fois ensemble en une journée.

Photo : Marc Johnson

L'an dernier, la route a été ouverte, après des retards à cause des conditions météorologiques. Comme les autres routes de glaces, elle est essentielle pour relier les communautés autochtones isolées aux régions du sud durant l'hiver.

Les routes de glace sont des liens essentiels entre les communautés éloignées du Nord pour l'acheminement des marchandises pour le reste de l'année. Les convois de camions se succèdent pour amener en quelques semaines le carburant, l'équipement lourd, des matériaux de construction et de la marchandise de première nécessité à des communautés inaccessibles par voie terrestre durant les mois chauds.

Traverser l'hiver sur la glace

Ça a été une longue journée, mais pour Fred et moi, cela a été une autre façon mémorable de visiter la côte de la baie James où nous avons pagayé à de nombreuses occasions le long de la rivière Missinaibi.

Marc Johnson

C'était aussi la première fois que Fred Neegan, 86 ans, voyait ce coin de province en plein coeur de l'hiver, se réjouit Marc Johnson.

Le barrage à traverser pour accéder à la route Wetum.

Le barrage à traverser pour accéder à la route Wetum.

Photo : Marc Johnson

La route au nord de Smooth Rock Falls permet d'accéder aux barrages hydroélectriques le long de la rivière Abitibi et traverse Abitibi Canyon. Pour passer de l'autre côté, il faut traverser le barrage, « quelque peu effrayant » note Marc Johnson.

Après avoir franchi le barrage, la route Wetum débute.


Une route peu achalandée

Arrêt à une station service pour faire le plein sur la route Wetum.

Arrêt à une station service pour faire le plein sur la route Wetum.

Photo : Marc Johnson

Les conducteurs doivent s'enregistrer auprès de postes de contrôle à chaque extrémité de la route Wetum. Cela permet ensuite de repérer les véhicules qui n'auraient pas atteint leur destination et de les secourir au besoin. Jusqu'à 5000 voitures utilisent cette route durant l'hiver, de la mi-janvier jusqu'à la fin mars, selon Marc Johnson.

Depuis Smooth Rock Falls sur la route 11 jusqu'aux communautés Moosonee et Moose Factory, il y a 300 km à parcourir. À leur arrivée à Moose Factory, les deux voyageurs ont trouvé le premier commerce depuis le début de la route Wetum.

Un commerce multifonctions faisant office de station-service, dépanneur, mais aussi une pizzéria et un service de restauration rapide de poulets pour se sustenter. Dans l'arrière-boutique, il est également possible d'acheter des motoneiges et des moteurs.


Une richesse historique

Marc Johnson retire aussi de son périple la richesse historique qui émane de ce lieu isolé.

« Des milliers d'années d'histoire des Premières Nations et quelques centaines d'années d'histoire coloniale [se retrouvent ici] », indique-t-il.

Car à Moose Factory se retrouvent des tombes historiques et des bâtiments construits par les premiers Européens.

Une plaque commémorative pour l'explorateur Henry Hudson devant une maison

Une plaque commémorative pour l'explorateur Henry Hudson

Photo : Marc Johnson


Une communauté isolée

La communauté de Moose se situe sur une île de baie James, au confluent des rivières Moose et Abitibi. Pour se rendre jusque-là, il faut donc traverser la rivière glacée.

À Moosonee, un des lieux de rencontre est ce petit centre commercial, où il est possible de faire ses achats en un seul arrêt : restaurant, épicerie, magasin de vêtements, pharmacie et banque.

Les commerces de Moosonee sont concentrés ici : une banque CIBC, un magasin de vêtement, un restaurant, un magasin de nourriture.

Les commerces de Moosenee sont concentrés ici : une banque CIBC, un magasin de vêtement, un restaurant, un magasin de nourriture.

Photo : Marc Johnson


Le difficile maintien des routes de glaces

Maintenir en état une route de glaces dans les basses terres de la baie d'Hudson n'est pas une mince affaire. Cela demande une flotte de chasse-neige, notamment pour lisser les tourbières gelées sur lesquelles la route est construite.

maintenance de la route wetum

Maintenance de la route Wetum

Photo : Marc Johnson

De Moosonee jusqu'à Smooth Rock Falls il faut compter quatre heures puis une heure et demie de plus jusqu'à Hearst. Un voyage qui aura duré, au total, 14 h.

Un voyage qui raconte les histoires d'aventures du passé, tout comme nous en avons [nous-mêmes] créé de nouvelles lors de cette aventure.

Marc Johnson

Des paysages uniques

« Certains verront ce paysage comme une mer de néant, un paysage stérile dépourvu d'arbres, d'oiseaux ou d'animaux. Mais pour moi, c'est cette beauté dure, crue et impitoyable qui donne aux terres de la baie d'Hudson son caractère unique et sa beauté », conclut Marc Johnson.

Et la dernière photo qu'il a publiée est celle, peut-être, qui dévoile le mieux la nature au repos : lorsque le soleil quitte l'horizon et qu'une lune bleue surgit à travers les branches des arbres déjà plongés dans le noir de la nuit.

Lune qui se couche derrière les arbres

Sur la route du retour vers Hearst

Photo : Marc Johnson

Nord de l'Ontario

Voyage