•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Couillard exhorte les infirmières à se montrer plus positives

Gaétan Barrette est entouré de journalistes avec leurs micros et leurs caméras.
Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en mêlée de presse, jeudi matin. Photo: Radio-Canada

Les infirmières du Québec sont victimes d'un cercle vicieux qu'elles alimentent et auquel il faut mettre un terme, estime le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Celui-ci invite tous les intervenants à changer de discours pour y arriver et obtient l'aval des gestionnaires d'hôpitaux.

Un texte de Bernard Barbeau

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard, a elle aussi employé l’expression « cercle vicieux » pour décrire le fait que la surcharge de travail des infirmières qui détiennent des postes à temps plein et l’obligation fréquente de faire de nombreuses heures supplémentaires éloignent la relève et que le manque d’infirmières fait perdurer cette surcharge de travail. Les centaines de postes disponibles demeurent ainsi non pourvus.

La solution ayant été identifiée par la FIQ comme étant le temps plein, que j’ai accepté, ben si les filles et les gars ne prennent pas les postes, c’est un cercle vicieux. Alors moi, j’invite tout le monde à changer le discours et à dire : "On s’est entendus pour appliquer la solution proposée de la part du syndicat."

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux

En mêlée de presse, jeudi matin, à Québec, M. Barrette a déploré la nouvelle campagne publicitaire de la FIQ, qu’il a jugée « hypernégative » parce qu’elle décourage nombre de candidates potentielles. « Vous ne trouvez pas ça contre-productif, vous autres? » a-t-il demandé.

Dans de courtes vidéos diffusées depuis mercredi, la FIQ illustre les risques inhérents à la situation des infirmières en montrant un avion qui est en péril parce que le pilote est épuisé ou encore des enfants qui sont en danger dans un camp de vacances parce qu'une seule monitrice en est responsable.

En point de presse plus tard dans la journée, le premier ministre Philippe Couillard a lui aussi regretté que la FIQ dépeigne une « image négative » du réseau de la santé et des postes à temps plein.

J’ai peur, en voyant ce noircissement de la situation, qu’on perpétue le problème.

Philippe Couillard, premier ministre

MM. Couillard et Barrette ont tous les deux pressé les infirmières de pourvoir, avant toute chose, les postes à temps complet disponibles, après quoi il sera possible de voir si le recours au temps supplémentaire obligatoire (TSO) diminue comme espéré.

« Il faut remplir ces postes-là, parce que sinon, ça devient absurde, a soutenu le premier ministre. C’est comme un cercle vicieux dont on ne sortira jamais. »

« Mon message, là, c’est que tout le monde ensemble – moi le premier, mais eux aussi – on envoie un message positif dans le réseau », a plaidé Gaétan Barrette. « Les solutions ont été proposées lors de la dernière négociation et ont été entendues et qualifiées d’historiques par [la présidente de la FIQ à l’époque, Régine] Laurent. »

« J’étais de leur bord, je suis encore de leur bord, je souhaite que la solution qu’elles ont mise sur la table se réalise », a assuré le ministre. « Un petit bémol, de mon côté : si le réseau, dans les faits, n’exerce pas les consignes, les orientations que j’ai mises de l’avant, ben là, je vais intervenir. »

Plan moyen de Carole Trempe devant un décor de fleurs de lys.Carole Trempe, PDG de l’Association des cadres supérieurs de la santé, appelle elle aussi à un discours plus positif. Photo : Radio-Canada

Des postes bel et bien affichés

La balle est donc aussi dans le camp des administrateurs d’établissements de santé, autant selon Québec que selon la FIQ. Plusieurs ne procéderaient pas à toutes les embauches pour lesquelles ils ont pourtant reçu un feu vert.

« Il y a des postes qui sont affichés », a cependant certifié en entrevue la PDG de l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux, Carole Trempe. « On a beaucoup de difficulté à recevoir des candidatures sur ces postes-là. »

Mais les récentes restructurations du réseau de la santé ont retardé l’affichage d'un certain nombre de postes, a-t-elle admis, donnant raison à Nancy Bédard, présidente de la FIQ. « Tout à fait, parce qu’il y a eu des compressions très importantes dans le secteur administratif et, bien sûr, ces compressions-là entraînent un embourbement. Ce n’est pas étonnant. »

Probablement qu’à la fin de la prochaine année, ce sera mieux orchestré. Mais il faut qu’on prenne le temps de mieux organiser les soins infirmiers et les services dans notre réseau.

Carole Trempe, présidente-directrice générale de l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux

D’ici là, « il faut créer un dialogue constructif autour de cette question », a insisté Mme Trempe, estimant elle aussi que la campagne de la FIQ n’aide personne. « Il faut aller au-delà de ça », a-t-elle dit.

Carole Trempe pense plutôt que « le ministère de la Santé et des Services sociaux aurait intérêt à faire une très grande campagne de publicité et de promotion des fonctions pour les rendre attractives aux yeux de la population et des infirmières. »

Il n’y pas seulement une solution, parce que j’imagine qu’il y a bien des gens avant nous qui y auraient pensé et on n’aurait pas le problème qu’on vit en ce moment. Il y a sans doute plusieurs solutions, mais pour les trouver, il faut vraiment qu’on puisse recevoir une écoute et être en mesure de les proposer, qu'elles soient retenues, et qu'elles soient mises en application.

Carole Trempe, présidente-directrice générale de l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux

Politique provinciale

Politique