•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté musulmane soutient les parents d'Alexandre Bissonnette

Des fleurs déposées devant le Centre culturel islamique de Québec au lendemain de la fusillade (archives)
Des fleurs ont été déposées devant le Centre culturel islamique de Québec au lendemain de la fusillade (archives). Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau

La communauté musulmane de Québec a de la compassion pour les parents de l'auteur présumé de la fusillade à la grande mosquée. Dans une lettre qu'ils ont fait parvenir à Radio-Canada, les parents d'Alexandre Bissonnette brisent le silence.

« J’ai senti une grande noblesse du cœur de ses parents, qui ont attendu la commémoration, donc ils ont respecté le deuil de ces familles. Ils sentent que ces familles sont encore dans le deuil, sont encore touchées, sont encore blessées », affirme avec reconnaissance le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah.

Boufeldja BenabdallahBoufeldja Benabdallah Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

 J’ai ressenti la même douleur que les parents ressentent pour leur fils. Il reste toujours leur fils. Un parent reste toujours un parent. 

Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec

Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, dit comprendre leur douleur et leur peine. « Eux, ils n’ont rien à voir avec ça », dit-il.

« Je salue leur courage »

Des milliers de personnes écoutent le discours de l'imam Guillet au centre des congrès de Québec.L'imam Guillet a donné un discours devant des milliers de personnes après l'attentat de Québec. Photo : Radio-Canada

Manon Marchand et Raymond Bissonnette ont remercié l’imam Hassan Guillet dans leur lettre. Lors des funérailles, celui-ci avait livré un discours dans lequel il affirmait qu’Alexandre Bissonnette était une autre victime.

L’imam estime qu’ils ont dû faire preuve de courage pour s’exprimer publiquement. « Ils ne pleuraient pas moins que nos veuves et nos orphelins. Comme nos veuves ont perdu leur mari, Mme et M.  Bissonnette ont perdu leur fils », affirme celui qui est porte-parole du Conseil des imams du Québec.

 Il ne faut pas que notre peine empêche de voir celle des autres. 

L'imam Hassan Guillet, porte-parole de Conseil des imams du Québec

Cette semaine, lors de la commémoration citoyenne devant la grande mosquée, l’imam Hassan Guillet a d’ailleurs eu une pensée pour la famille Bissonnette. « Au moins, on était autour d’elles [veuves], et autour des orphelins. C’était comme une thérapie de groupe, mais Mme et M. Bissonnette pleuraient seuls dans leur salon. »

La population a déposé des fleurs et des chandelles pour rendre hommage aux victimes.La population a déposé des fleurs et des chandelles pour rendre hommage aux victimes. Photo : Radio-Canada / Ryan Remiorz

En avril, des parents d’Alexandre Bissonnette ont fait parvenir une lettre aux familles des victimes. Mohamed Labidi était alors entré en contact avec eux.

« J’ai pu les contacter par téléphone. Je suis tombé sur Mme Bissonnette. C’était une madame en pleurs. Tout le long de notre discussion, elle était en pleurs », raconte-t-il.

Québec

Société