•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Balles de plastique : un autre adolescent a frôlé la mort

Des manifestants lancent un cône et poussent une clôture vers des policiers.

Heurts entre policiers et manifestants au Sommet des Amériques à Québec, en 2001

Photo : Reuters / Gregg Newton

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

EXCLUSIF - Un adolescent a failli mourir après avoir été blessé lors du Sommet des Amériques en 2001, à Québec, a appris Radio-Canada. Il est convaincu d'avoir été atteint par une balle de plastique. Un cas gardé secret jusqu'à aujourd'hui qui montre que la police n'apprend pas de ses erreurs.

Un texte de Sylvie Fournier d'Enquête

Mathieu Harvey venait tout juste d’avoir 16 ans. Il s’était aventuré par curiosité dans les rues de Québec le soir du 21 avril 2001, au plus fort des affrontements entre manifestants et policiers.

« C’était un événement d’envergure qui se passait dans ma ville, je voulais être là pour voir ce qui se passait », se rappelle-t-il.

Il observait la scène du haut de la rue Saint-Réal, au-dessus de la côte d’Abraham, lorsque des policiers ont fait irruption. Il a été atteint à la tête par un projectile. Sous la force de l’impact, une partie de son crâne a été broyée, et la blessure a saigné abondamment.

Mathieu est resté étendu au sol pendant presque deux heures. Trois pelotons de policiers sont passés à ses côtés sans lui porter secours. Il doit la vie à la présence de bons Samaritains qui l’ont aidé à descendre les 99 marches de l’escalier des Faubourgs, où la Croix-Rouge l’a pris en charge.

L’adolescent est resté trois jours dans le coma et a dû subir deux délicates interventions chirurgicales.

« Il a marché sur un fil pour revenir de là », raconte son père, Conrad Harvey. « Quelqu’un qui a une partie de l’ossature du cerveau qui est partie et que pendant trois mois on voit battre son coeur à travers la peau qui reste autour de ça… », dit-il, sans finir sa phrase, la voix brisée par l’émotion.

Mathieu Harvey.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mathieu Harvey

Photo : Radio-Canada / Alfonse Mondello

Aujourd’hui père de famille, Mathieu Harvey se demande si cet arsenal est approprié lors de manifestations.

Je ne vois pas comment un policier expérimenté peut penser qu’il va atteindre sa cible dans un tas de 250 personnes qui bougent.

Une citation de : Mathieu Harvey

À l’époque, la Sûreté du Québec avait déterminé que ses policiers n’étaient pas affectés au secteur où Mathieu a été blessé et qu’il s’agissait probablement de la Gendarmerie royale du Canada. La GRC n’a pas été en mesure de confirmer cette information.

Environ 900 bâtons cinétiques ont été tirés pendant le Sommet des Amériques, dont les deux tiers par la GRC. C’était la première fois que des policiers canadiens utilisaient cette arme lors d’une manifestation.

La police fédérale avait fait l’objet de vives critiques de la part de sa Commissaire aux plaintes pour l’usage abusif de balles de plastique lors cet événement.

Mathieu a été reconnu par le programme d’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC), parce qu’il a été laissé à lui-même, sans secours, malgré la gravité de ses blessures.

Son cas avait été gardé secret à l’époque. La famille a décidé de briser le silence dans l’espoir que la police encadre mieux l’usage des armes d’impact à projectile.

Une balle de plastique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une balle de plastique

Photo : Radio-Canada

Les mêmes armes utilisées à Victoriaville

Un agent de la Sûreté du Québec a été blâmé cette semaine par le Comité de déontologie policière pour avoir manqué de prudence et de discernement dans l’usage de son arme d’impact lors de la manifestation de Victoriaville, en 2012. Il s’agit des mêmes balles de plastique.

Le Comité conclut que le policier est responsable d’avoir causé des blessures à au moins trois manifestants, dont l’étudiant Alexandre Allard qui avait été atteint à la tête et qui a, lui aussi, frôlé la mort.

Les événements de Victoriaville de 2012 prouvent que la police n’apprend pas de ses erreurs, estime Conrad Harvey, le père de Mathieu. « Que les policiers focussent sur la défense du territoire, repoussent des citoyens et laissent par terre des innocents blessés, ça mène à réflexion », dit-il.

Un policier utilisant son arme.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’agent Denis Burelle utilise son arme d’impact lors de la manifestation à Victoriaville en 2012.

Photo : Reuters / Christinne Muschi

Des règles permissives

En 2005, un rapport de l’École nationale de police, commandé par le ministère de la Sécurité publique dans la foulée du Sommet des Amériques, rappelle le danger des balles de plastique en contrôle de foule.

Le rapport recommande d’avoir recours à ce type d’arme uniquement dans les cas où une personne pose une « menace grave et imminente » susceptible de causer la « mort » ou des lésions corporelles .

En 2014, la Commision spéciale d’examen des événements du printemps 2012 a repris la même recommandation et a réclamé un moratoire sur l’usage de ces armes, d’ici à ce qu’une formation plus élaborée soit mise en place.

Le ministère de la Sécurité publique a toutefois opté pour des règles plus permissives. Nul besoin pour le policier d’être aux prises avec une menace grave, imminente ou mortelle pour justifier un tir.

Même si elles peuvent être mortelles, ces armes sont toujours permises au Canada, en contrôle de foule. Les policiers en seront équipés lors du sommet du G7 en juin prochain, dans Charlevoix.

Avec Martyne Bourdeau et Gaétan Pouliot

Retrouvez tous les contenus de l'émission Enquête

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !