•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec invite les infirmières exténuées à proposer des solutions

Le reportage de Catherine Kovacs
Radio-Canada

Le gouvernement Couillard reconnaît ne pas savoir comment résoudre la crise que vivent les infirmières de la province, au bout du rouleau, qui réclament un « changement majeur » pour convaincre la relève de se présenter en nombre suffisant.

Un texte de Bernard Barbeau

Au lendemain d'un cri du coeur des principales intéressées au sujet des heures supplémentaires obligatoires qui minent dangereusement leur qualité de vie, Philippe Couillard et Gaétan Barrette ont tous les deux souligné que la convention collective, signée il y a deux ans par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), prévoyait plus de postes d’infirmière à temps plein.

Le hic, c’est que ces postes ne sont pas tous pourvus, faute de candidatures.

« Il n'y a pas d'applications sur les postes, alors qu'il y a des postes qui sont disponibles, et tout le budget est là pour le faire », a expliqué le premier ministre Couillard, mercredi matin, à son arrivée au caucus des députés libéraux en vue de la rentrée parlementaire à Québec.

« Alors, si ça, ça ne marche pas, que le syndicat nous propose d'autres façons de le faire pour diminuer la charge de travail », a-t-il réclamé, estimant qu’il s’agit pourtant d’une profession attirante.

Qu'on nous dise pourquoi, qu'on nous dise comment on peut améliorer les choses, et on va le faire.

Philippe Couillard, premier ministre

« Il n’est pas là, le personnel », a réitéré le ministre de la Santé Gaétan Barrette, peu de temps après son chef. « Il y a un problème, et je vous invite à réfléchir à où ça nous mène. »

M. Barrette a aussi invité les administrateurs d'hôpitaux à faire leur « bout de chemin » .

Un cercle vicieux

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, leur a répondu, en entrevue à Radio-Canada, que les établissements de santé – qui ont dû composer avec des restructurations administratives et des fusions de systèmes informatiques – « n'ont pas été en mesure de faire une planification de main-d'oeuvre qui aurait été de rigueur et adéquate il y a plusieurs mois. Alors aujourd'hui, on se ramasse avec le résultat que les professionnels en soins dénoncent, et il y a urgence d'agir. »

C'est le cercle vicieux d'un réseau actuellement chaotique et extrêmement fragilisé.

Nancy Bédard, présidente de la FIQ

C'est notamment la crainte d'occuper un emploi où il faudra travailler 10 jours d'affilée avec de nombreuses heures supplémentaires qui fait fuir les candidates, « parce qu'il n'y a pas de signal de changement majeur », a dit Mme Bédard.

Plan moyen de Nancy Bédard sur un plateau de Radio-Canada.Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), réclame du gouvernement le signal d'un changement majeur. Photo : Radio-Canada

Épuisées, des infirmières ont adopté un moyen de pression exceptionnel, la fin de semaine dernière, en refusant de commencer leur quart de travail. Au cours des dernières semaines, elles ont aussi tenu des sit-in dans plusieurs régions, notamment à Trois-Rivières, à Sorel-Tracy et à Laval.

Un sondage envoyé aux 1600 diplômés inscrits à l'Ordre

Pour sa part, la présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Lucie Tremblay, a confirmé que 1600 nouvelles diplômées se disent sans emploi, sans compter les 1000 diplômés hors Québec qui attendent de faire un stage d’intégration.

« On constate qu’il y a une tendance. Cela fait trois ans que les nouvelles diplômées ont de la difficulté à trouver de l’emploi. On se rend compte que les nouvelles diplômées ont de la difficulté à avoir des postes à temps complet. Il y a trois, quatre ans, c’était [de] 40 à 45 % des gens qui avaient des postes à temps complet. Aujourd’hui, c’est davantage 20 % », a-t-elle expliqué en entrevue.

Mme Tremblay a ajouté que l'OIIQ a fait parvenir un sondage, mardi, à ces 1600 diplômés pour comprendre et trouver des solutions en conséquence.

Le reportage d'Anne-Louise Despatie

Un enjeu de sécurité

Il faut cesser d'imposer des effectifs légèrement insuffisants pour combler les besoins et de forcer l'exécution de « temps supplémentaire obligatoire », a estimé pour sa part Gyslaine Desrosiers, ancienne présidente de l'OIIQ.

Pour elle, le grand nombre d'infirmières refusant prétendument d'accepter des postes à temps plein découle entre autres du fait que ce sont souvent les plus jeunes employées qui doivent travailler plus longtemps que prévu. À ses yeux, il est irréaliste de « rentrer au travail en ne sachant pas si on en ressortira à 16 h ou à minuit ».

Voilà pourquoi elle estime que le ministre Barrette devrait signer une « déclaration de principes » pour améliorer les conditions de travail des infirmières afin que ces dernières, à leur tour, maintiennent – voire améliorent – la qualité des services offerts aux patients.

« Quand il y a une surcharge [des infirmières], ce n'est pas vrai que tous les soins sont donnés; c'est même documenté par l'Organisation mondiale de la santé. C'est un enjeu de sécurité pour les patients », a indiqué Mme Desrosiers, qui souhaite que si des postes à temps plein sont offerts, ceux-ci n'impliquent « en aucun cas » du temps supplémentaire obligatoire.

Philippe Couillard a cependant signalé que cette « profession de dévouement » sera toujours exigeante.

On est dans un système de santé public où, tout le temps, dans l'avenir également, les ressources [ne seront jamais] au même niveau que les besoins. Ça va toujours être le cas dans le domaine de la santé. Donc, les gens qui travaillent dans le domaine de la santé sont toujours poussés au maximum. Et c'est admirable, et je veux leur dire ma reconnaissance.

Philippe Couillard, premier ministre

Politique provinciale

Politique