•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Relations toujours difficiles entre la communauté LGBTQ et les policiers d’Ottawa

Une voiture de police aux couleurs de la fierté gaie, à Ottawa.

À Ottawa, les voitures de police ne sont pas les bienvenues au défilé de la fierté gaie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les relations entre les membres de la communauté LGBTQ ottavienne et les policiers de la Ville sont plus difficiles que jamais, selon le directeur du Centre canadien de la diversité du genre et de la sexualité, Jérémy Dias. Il dénonce surtout le manque d'écoute et de coopération des forces de l'ordre.

Les tensions entre les personnes issues des minorités sexuelles et de genre et le Service de police d’Ottawa ont particulièrement été mises en lumière cet été, alors qu’un vif débat entourait la présence de policiers en uniforme durant le défilé de Fierté dans la capitale.

Les relations alors tendues ne se seraient guère améliorées, selon M. Dias.

« C’est pire [que cet été]. C’est difficile parce qu’il y a des gens dans la communauté qui veulent travailler avec la police, mais on trouve que la police ne travaille pas », relate-t-il.

La principale doléance de M. Dias concerne le manque d’écoute qu’il perçoit de la part du corps policier de la capitale nationale. Certaines propositions de la communauté LGBTQ, comme la formation et la sensibilisation des agents pour guider leurs interactions avec les personnes LGBTQ, « ne sont jamais adressées », soutient-il.

Au final, selon le directeur du Centre canadien de la diversité du genre et de la sexualité, « ce sont ces types de barrières qui font des relations assez difficiles et qui créent des barrières pour avoir justice dans ce système [pour les personnes LGBTQ] ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !