•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme ligoté trouvé chez Bruce McArthur lors de son arrestation

Un dessin de cour d'un homme aux cheveux blancs et à la barbe blanche.

Bruce McArthur lors de sa première comparution, le 18 janvier 2018

Photo : Pam Davies

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des sources policières affirment à CBC News que la police a procédé à l'arrestation de Bruce McArthur après avoir vu un homme pénétrer dans son appartement.

Un texte de Natasha MacDonald-Dupuis et Lisa Marie Fleurent

Les policiers, qui effectuaient une opération de filature, auraient alors décidé d’intervenir parce qu’ils croyaient que l'homme faisait face à un danger imminent.

Ils affirment avoir fait irruption dans l’appartement et l'avoir trouvé sain et sauf, mais ligoté. Il s’y serait rendu pour avoir une relation sexuelle avec Bruce McArthur, toujours selon les sources policières.

Ces mêmes sources affirment aussi que les enquêteurs ont interrogé trois hommes qui ont eu des relations avec McArthur. Tous trois affirment avoir mis fin à la relation parce qu'ils se sentaient mal à l'aise avec certains des actes sexuels.

Des hommes dans des combinaisons blanchesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des policiers fouillent l'appartement de Bruce McArthur du quartier Thorncliffe Park

Photo : CBC

Autres développements

Voici quatre autres développements dans l’affaire McArthur.

1. De nouvelles pistes

La police de Toronto dit avoir des dizaines de nouvelles pistes et de nouvelles informations pertinentes pour l'enquête provenant du public depuis lundi, jour où elle a déposé trois nouveaux chefs d’accusation de meurtre prémédité contre Bruce McArthur.

  • Plusieurs de ces pistes proviennent d’anciens clients de Bruce McArthur, qui était jardinier paysagiste.
  • Le détective Hank Idsinga dit que « chacune de ces pistes sera vérifiée ».
  • Une trentaine de propriétés liées à McArthur continuent d’être inspectées par la police.
Un agent transporte des conteneurs à l'extérieur d'une maison du la rue Mallory Crescent, à Toronto, où des restes de corps démembrés ont été trouvés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un agent transporte des conteneurs à l'extérieur d'une maison du la rue Mallory Crescent, à Toronto, où des restes de corps démembrés ont été trouvés.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

2. Autres victimes?

Les policiers croient qu’il pourrait y avoir plusieurs autres victimes. L’une des victimes confirmées, Majeed « Hamid » Kayhan, est l’un de trois hommes qui sont disparus du village gai entre 2010 et 2012.

Photo de trois hommes dans la cinquantaine souriantsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Skandaraj "Skanda" Navaratnam (à droite), et l'un des trois hommes gais qui ont disparu du village entre 2010 et 2012

Photo : Police de Toronto

Les deux autres hommes, Skandaraj Navaratnam et Abdulbasir Faizi, manquent toujours à l’appel.

  • M. Navaratnam et M. Faizi sont tous deux disparus en 2010, à trois mois d’intervalle.
  • M. Navaratnam aurait eu une relation amoureuse avec Bruce McArthur pendant au moins 8 ans.
  • M. Navaratnam et M. Faizi fréquentaient le même bar que Bruce McArthur, soit le Black Eagle. C’est d’ailleurs le dernier endroit où M. Faizi a été vu vivant, la nuit de sa disparition.
  • M. Navaratnam et M. Faizi étaient tous deux amis avec Bruce McArthur sur Facebook.
  • La Nissan Sentra de M. Faizi a été retrouvée à 45 minutes de son domicile, tout près de la propriété d’un ancien client de Bruce McArthur qui a fait l’objet de fouilles policières.

La police de Toronto n’a pas voulu commenter ces informations, et aucune accusation n’a été portée contre Bruce McArthur relativement à ces deux disparitions.

3. Relations tendues avec la communauté LGBTQ

Les relations entre la police de Toronto et la communauté gaie de Toronto sont très négatives. Plusieurs Torontois qui fréquentent le quartier Church-Wellesley critiquent sévèrement le travail policier.

L’officier de liaison LGBTQ de la police de Toronto, Danielle Bottineau, acquiesce et dit que « le pont a été rompu ». « Nous cherchons comment rebâtir ce lien de confiance », a-t-elle dit en entrevue avec CBC News, mardi.

Le maire de Toronto, John Tory, lors d’un point de presse mardi, a d'ailleurs indiqué qu’il allait rencontrer les habitants du village gai pour écouter leurs inquiétudes. La date de cette rencontre doit toujours être déterminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !