•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déçus ou satisfaits? Voici les principales réactions au budget du Nouveau-Brunswick 2018

Chargement de l’image

Le Nouveau-Brunswick n’atteindra pas l’équilibre budgétaire aussi tôt que prévu

Photo : getty images/istockphoto / ThitareeSarmkasat

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les réactions se sont enchaînées à la suite de l'annonce du budget 2018 de la ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Cathy Rogers, mardi, certains se disant déçus, d'autres, satisfaits.

Thomas Raffy, le directeur général du Conseil économique du Nouveau-Brunswick se réjouit de la poursuite d’un plan d’investissement important en innovation pour les entreprises de la province.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Thomas Raffy, président du Conseil économique du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada

« C’est très flou. On parle quand même d’un montant assez considérable qui va être mis de côté. Comment ça va être utilisé? Pour ce qui est de l’export, oui c’est bon d’aider nos entreprises parce qu’avec l’incertitude de l’ALENA, nos entreprises vont se tourner vers d’autres horizons. Mais on a du retard à rattraper. »

Il ajoute que si le cannabis a un potentiel économique très intéressant pour la province, il ne faut pas non plus « mettre tous nos oeufs dans le même panier ». « Il faut penser à diversifier nos recettes et notre économie et pas nécessairement mettre tout l’accent sur le cannabis. »


Le gouvernement du Nouveau-Brunswick avait déjà annoncé en novembre des mesures pour contrer les droits compensateurs et antidumping imposés par les États-Unis à l'industrie forestière. Le gouvernement s'est notamment engagé à accroître les efforts de surveillance de la tordeuse du bourgeon de l’épinette, un insecte qui peut causer des ravages aux forêts.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mike Legere, directeur général de Forêt Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

« Pas de surprise, c’était prévu pour l’industrie forestière, je suis content de voir que le gouvernement s’est commis à contribuer à trois millions pour combattre la tordeuse du bourgeon de l’épinette, ça c’est la bonne nouvelle, mais j’aimerais voir plus de détails sur les investissements dans les infrastructures surtout pour le camionnage, qui représente une grande partie de nos dépenses », a affirmé Mike Legere, directeur général de Forêt Nouveau-Brunswick.


Nelly Denene, directrice générale du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick, soulève encore une fois la question de la dualité linguistique dans les centres de la petite enfance qui devraient être mis en place d'ici 2020, au Nouveau-Brunswick.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nelly Dennene, directrice générale du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

« On a eu énormément d’annonces sur les services de garde. Ce que l'on surveille particulièrement au Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick, c’est de voir si la dualité sera réellement inscrite, mais aussi de savoir comment on pourra garantir l’universalité de ce système. »


Luc Desjardins, président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick et maire de Petit-Rocher, affirme être resté sur sa faim à la sortie du huis-clôt budgétaire.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Luc Desjardins, maire de Petit-Rocher et président de l'AFMNB.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

« On s’attendait à avoir des nouvelles sur le partage du revenu au niveau de la vente de cannabis au Nouveau-Brunswick, mais il n’y a rien pour les municipalités dans le budget. On est un peu déçu parce qu’on nous avait laissés croire qu’il fallait attendre au budget pour avoir des réponses là-dessus. »


Philippe Beaulieu, président de l'Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) regrette l'absence d'investissement pour les arts et la culture.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

M. Beaulieu critique la décision du gouvernement

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

« Déception, depuis deux ans, il n’y a aucun investissement ou augmentation du budget destiné aux arts et à la culture, nous avons besoin de cet argent-là pour mettre en oeuvre une politique culturelle, il y a une campagne électorale qui s’en vient et ça serait dommage que les arts et la culture soient juste intéressants, la veille des campagnes », a martelé Philippe Beaulieu, président de l'Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !