•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une résidence pour personnes âgées de London compte le taux d'abus le plus élevé de l'Ontario

Une personne âgée utilise une marchette pour se déplacer.
Le taux d'abus commis à l'endroit des résidents par le personnel de la résidence Earls Court Village était de 44,53% en 2016. Photo: CBC
Radio-Canada

La résidence Earls Court Village, à London, dans le sud-ouest de l'Ontario, a dénombré 57 cas d'abus commis envers les résidents par le personnel en 2016, révèle une enquête de l'émission Marketplace de CBC (Nouvelle fenêtre).

Sur un total de 128 lits de soins de longue durée, cela revient à un taux d'abus enregistrés de 44,53 %.

En comparaison, le deuxième taux d'abus le plus élevé de la province est de 17,71 % et a été enregistré au centre Birchwood Terrace, à Kenora.

Dans une déclaration envoyée par courriel, l'administrateur de la résidence Earls Court Village, Pat Bedford, a indiqué que ce taux est attribuable à une augmentation des signalements d'abus suspectés. Le personnel est encouragé à « faire preuve de prudence » lorsqu'il s'agit de signaler des incidents, a-t-il précisé.

Or, cette explication ne satisfait pas l'avocate pour le Centre de plaidoyer pour les personnes âgées, Jane Meadus.

« Cela semble terriblement élevé, même avec une augmentation des signalements », a-t-elle déclaré.

Même s'il s'avérait qu'il y a eu trop de signalements, [les incidents] étaient assez préoccupants pour être rapportés, et donc qu'il y avait certainement des problèmes-là.

Jane Meadus, avocate au Centre de plaidoyer pour les personnes âgées

Des préoccupations sérieuses

En octobre 2017, la résidence Earls Court Village avait été avisée par la responsable de la Direction des inspections à long terme, Karen Simpson, qu'elle devait cesser d'accepter de nouveaux résidents.

On aperçoit la façade du bâtiment, dont l'entrée est entourée de colonnes de pierres.La résidence pour personnes âgées Earls Court Village Photo : CBC / Andrew Lupton

Des rapports du ministère de la Santé et des Soins de longue durée avaient révélé plusieurs problèmes au sein de la résidence, notamment :

  • Des résidents ayant reçu leur médication plus de deux heures en retard ;
  • Des résidents ayant dû prendre leur bain et faire leur toilette sans aide ;
  • L'absence de promotion d'une politique de tolérance zéro concernant les abus ;
  • L'embauche de personnel sans vérification des antécédents criminels ;
  • Un chariot de médicaments laissé déverrouillé dans une aire commune.

La résidence a été soumise à plusieurs exigences de la part de Mme Simpson, y compris l'embauche de consultants externes pour améliorer les plans d'embauche et de soins infirmiers, et la révision de la politique de tolérance zéro.

Selon Jane Meadus, de telles conditions ainsi que l'ordre de cesser d'accepter des résidents sont des mesures rares, et témoignent de préoccupations sérieuses au sujet de la résidence.

« Soit les préoccupations sont très sérieuses ou très nombreuses, soit la non-conformité est si problématique que le directeur doit émettre ces ordres pour s'assurer que la résidence est vraiment surveillée très attentivement », a-t-elle déclaré.

Le délai accordé à la résidence pour se conformer aux conditions de la directrice a été prolongé jusqu'au 15 février 2018. Au moment de publier, le ministère n'avait pas été en mesure d'indiquer pourquoi la date avait été modifiée.

L'administrateur de la résidence Earls Court Village n'a pas répondu aux demandes de commentaire.

La méthodologie de Marketplace :

Marketplace a analysé plus de six ans de données (2011-2016) obtenues auprès du ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario et de l’Institut canadien d’information sur la santé. Nous avons compilé tous les cas rapportés de violence et de négligence entre résidents soumis par plus de 600 centres de soins de longue durée en Ontario. Certains des cas rapportés ont été jugés non fondés après une enquête. La définition du ministère inclut les agressions physiques, sexuelles et verbales.

Santé