•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

691 000 $ pour sensibiliser les Albertains aux dangers des opioïdes

Vue serrée d'un train léger sur lequel il est écrit en très gros et en anglais : « Nous pouvons sauver des vies. »
Des publicités seront affichées sur les trains légers à Calgary et à Edmonton pour sensibiliser le public à la crise des opioïdes. Photo: Radio-Canada / Julie Préjet
Radio-Canada

Les Services de santé de l'Alberta, en partenariat avec le gouvernement provincial, a lancé une campagne de sensibilisation à la crise des opioïdes, afin d'informer les Albertains des dangers que pose la consommation des opioïdes et des moyens d'obtenir de l'aide.

Les publicités, qui coûteront plus de 691 000 $, seront diffusées à la radio et sur les médias sociaux, ainsi que dans des établissements postsecondaires, des restaurants et des bars un peu partout dans la province. Des trains légers à Calgary et à Edmonton porteront aussi le message de la province.

Il s'agit de la prochaine étape de la campagne de la province pour lutter contre la crise des opioïdes. Dans cette campagne, le premier centre d’injection supervisée permanent a ouvert ses portes à Calgary, et d’autres centres seront ouverts à Edmonton, ainsi qu’à Lethbridge au cours des prochaines semaines.

La ministre associée de la Santé, Brandy Payne, espère que la campagne informera les Albertains à propos des moyens de sauver des vies en cas de surdose aux opioïdes. « On veut rappeler aux Albertains que cette crise peut toucher n’importe qui, dit-elle. On espère qu’ils prendront le temps d’en apprendre un peu plus, soit comment consommer de façon plus sécuritaire ou comment soutenir un proche. »

Rosalind Davis, une cofondatrice de l’organisme Changing the Face of Addiction, applaudit la campagne de la province et espère que son message aidera d’autres familles à éviter la tragédie qu’elle a vécue. Son conjoint est mort d’une surdose il y a deux ans.

Elle pense cependant qu’il a encore du travail à faire. « Perdre presque deux Albertains chaque jour est inacceptable, dit-elle. Nous avons besoin de faire plus pour la sensibilisation et les ressources. »

Un avis partagé par le Dr David Swann, député provincial libéral. Selon lui, la province devrait créer plus de ressources pour soutenir les personnes qui souffrent de problèmes de dépendances, afin d’éviter de recourir à des mesures d’urgence.

Plus de surdoses sur les trains légers

Alors que les publicités occuperont l'extérieur et l'intérieur des trains légers dans les deux grandes villes albertaines, les agents des services de transport sont aussi mieux équipés en cas de surdoses. Depuis quelques mois, les agents ont des trousses de naloxone, un médicament qui contre les effets d’une surdose aux opioïdes.

À Calgary, les agents ont dû utiliser ses trousses sept fois durant les derniers mois. Depuis un an, il y a eu 43 cas de surdoses, confirmés ou non, dans les trains et les stations du train léger.

Le chef de la sécurité des transports de Calgary rappelle l’importance de bien équiper les agents qui sont souvent les premiers sur les lieux. « Ils sont souvent sur place avant les ambulanciers, les policiers et les services d’incendie, dit Brian Whitelaw. Si nous pouvons répondre rapidement, c’est une bonne chose pour tout le monde. »

Plus de 400 Albertains sont morts d’une surdose aux opioïdes au cours des neuf premiers mois de 2017.

Alberta

Crise des opioïdes