•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les visites de Trudeau chez l'Aga Khan au menu de la rentrée parlementaire

Justin Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau lors de la période de questions à la Chambre des communes

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les visites du premier ministre Justin Trudeau sur l'île privée de l'Aga Khan aux Bahamas ont occupé presque la totalité de la période des questions des députés lors de la rentrée parlementaire fédérale à la Chambre des communes lundi.

Un texte d'Isabelle Maltais

Le chef du parti conservateur, Andrew Sheer, est notamment revenu plusieurs fois à la charge sur le sujet, demandant au premier ministre comment il avait pu penser que ses actions ne violaient pas l’éthique gouvernementale et le priant d’avouer qu’il avait eu tort.

M. Sheer, tout comme plusieurs autres députés, a également enjoint le premier ministre à rembourser les sommes dépensées par les Canadiens pour sa sécurité lors de ses vacances « illégales ».

En réponse à ces critiques, Justin Trudeau a répété qu'il avait accepté sans réserve le rapport de l’ancienne commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, déposé sur le sujet fin décembre et qui le blâmait pour s’être rendu sur l'île privée du chef spirituel des ismaéliens nizarites en 2016.

M. Trudeau a souligné qu’il avait accepté toutes les recommandations de Mary Dawson et qu’il avait pris des mesures pour qu’aucun conflit d’intérêts de la sorte ne se reproduise.

M. Trudeau refuse toutefois de rembourser les dépenses engagées pour son séjour, que la commissaire à l’éthique a approuvées pour des raisons de sécurité, comme pour tout chef d’État.

Subventions d’Emplois d'été Canada

Plusieurs questions de l’opposition ont également porté sur le nouveau formulaire de demande de subvention d’Emplois d'été Canada, qui oblige les employeurs à cocher une case attestant que le « mandat principal » de l’organisation respecte les droits et libertés de la personne, ce qui inclut, est-il explicitement écrit, les droits en matière de procréation.

Plusieurs groupes religieux dénoncent cette nouvelle obligation, qu'ils voient comme une attaque à leur liberté de conscience et de religion.

Répondant à ces questions, la ministre de l’Emploi, Patty Hajdu, a été très ferme : l’argent des Canadiens ne doit pas financer des organismes qui enfreignent « les valeurs canadiennes » et « le droit des femmes ».

Plan moyen de Patty Hajdu qui parle devant un micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et du Travail, Patty Hajdu.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Contre l’islamophobie

La période de questions a été tout de suite suivie d’une minute de silence à la mémoire des six victimes de la fusillade de la mosquée de Québec, survenue il y a un an.

Le premier ministre a ensuite pris la parole, suivi des chefs de l’opposition, pour rappeler l’importance de combattre l’intolérance et l’islamophobie.

« Nous savons aujourd’hui que ces six personnes sont mortes sous les balles de l’ignorance et de la haine, aux mains de l’islamophobie et du racisme, qui n’auront jamais leur place dans notre société. Ce geste de violence est non seulement inexcusable, mais inacceptable. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre

« Ne laissons pas la peur s’installer dans nos cœurs », a-t-il poursuivi.

Quant au chef conservateur, Andrew Sheer, il a souligné que le Canada était un pays de liberté et qu’il devait le demeurer.

« Notre pays a toujours accueilli ceux qui recherchent la liberté et une vie meilleure. Il doit toujours être un endroit où les croyants de toutes les fois [sic] se sentent en sécurité pour célébrer leur culte. »

— Une citation de  Andrew Sheer, chef du Parti conservateur

De son côté, le chef parlementaire du NPD, Guy Caron a indiqué que la lutte contre le racisme ne faisait que commencer et que le problème était toujours latent dans la société.

« Aujourd’hui, en cette journée de commémoration, nous devons nous demander si des leçons ont été tirées de cet événement. »

— Une citation de  Guy Caron, chef parlementaire du NPD

« La vérité, c’est que les gestes haineux n’ont pas cessé, surtout en ligne, surtout dans les médias sociaux. Le harcèlement dans la rue, surtout des femmes musulmanes, continue, et des gestes violents ont lieu encore trop souvent », a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !