•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le kombucha ne contrevient pas aux lois sur l'alcool, tranche l'Île-du-Prince-Édouard

Des verres de kombucha de différentes couleurs sont présentés sur une table en bois.

Trois verres de kombucha

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les restaurants de l'Île-du-Prince-Édouard pourront à nouveau servir du kombucha, cette boisson fermentée à base de thé, sans crainte de contrevenir à la loi provinciale sur les alcools.

La semaine dernière, la propriétaire d’un restaurant de Charlottetown a eu la surprise de recevoir un avertissement émis par un inspecteur, qui disait que le commerce servait un alcool qui ne respectait pas la réglementation en vigueur.

Le gouvernement a depuis annulé cet avertissement et promis d’apporter immédiatement des changements à une loi sur les alcools qu’il estime désuète.

Qu'est-ce que le kombucha ?

Le kombucha est une boisson fermentée faite de thé, de sucre, de bactéries et de levures. Elle est originaire de la région à la frontière de la Chine et de la Russie et connue depuis plus de deux millénaires.

À lire aussi : Le premier kombucha acadien

Sarah Forrester Wendt, la propriétaire de My Plum, My Duck, indique avoir été prise « complètement » par surprise en recevant l’avertissement. Elle ne considère pas le kombucha comme étant une boisson alcoolisée.

« Ils ne m’ont jamais dit auparavant qu’en vendre était un problème », affirme Mme Forrester Wendt.

Teneur en alcool

Puisque la boisson est fermentée, le kombucha peut contenir une faible quantité d’alcool, mais celle-ci est généralement inférieure à 0,5 % d’alcool.

Deux bouteilles de kombucha dans la neige.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le kombucha produit à l'Île-du-Prince-Édouard par Heart Beet Organics.

Photo : Courtoisie de Heart Beet Organics

Selon la loi provinciale, tout ce qui contient plus de 0,5 % d’alcool tombe dans la catégorie des « intoxicants ».

Pas assez pour enivrer qui que ce soit

Amy Smith, copropriétaire de Heart Beet Organics, une ferme d’agriculture biologique à North Wiltshire, à l’Île-du-Prince-Édouard, explique qu’il n’y a pas assez d’alcool dans le kombucha pour enivrer qui que ce soit.

L’entreprise de Mme Smith et Verena Varga fabriquent le kombucha servi par le restaurant My Plum, My Duck.

Ces producteurs ont eux aussi reçu un avertissement les informant, la semaine dernière, qu’ils n’avaient pas le droit de vendre leur kombucha à des établissements licenciés, en raison de la teneur en alcool du produit.

Dans n’importe quelle nourriture fermentée, même la choucroute ou le kimchi, l’alcool est un produit dérivé. Je ne pense pas que vous puissiez manger assez de choucroute ou boire assez de kombucha pour devenir saouls.

Une citation de : Amy Smith, copropriétaire d'une ferme d'agriculture biologique.

Loi dépassée et « zone grise »

Le ministre des Finances de l’Île-du-Prince-Édouard, Heath MacDonald, assure que les restaurants sont libres de servir ce breuvage et indique que le gouvernement mettra à jour la loi.

La loi provinciale sur les alcools est, dit-il, « dépassée » et le « kombucha est un de ces produits qui tombent dans une zone grise ». Le problème ne tient pas aux inspecteurs « qui font leur travail », mais à la réglementation ayant mené à leur avertissement, selon lui. Il propose de la mettre à jour et de la remplacer par des règles basées sur « le bon sens ».

Un verre de liquide pétillant et un pot contenant un liquide qui fermente.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un verre de kombucha et le produit lors de la fermentation.

Photo : iStock / Luc Brousseau

Le ministre MacDonald dit que les changements à cette règle seront faits dans les prochains jours et pourront être adoptés sans délai, tandis que des modifications à la loi elle-même pourraient être présentées à l’Assemblée législative au printemps ou à l’automne.

Un débat qui dure depuis plusieurs années

Le kombucha est depuis quelques années l’objet de contentieux occasionnels entre les producteurs et les autorités en Amérique du Nord. La teneur en alcool du produit, qu’il peut être difficile de maintenir sous 0,5 %, particulièrement lorsque la boisson n’est pas réfrigérée, est au coeur du débat.

En 2010, la chaîne de supermarchés Whole Foods aux États-Unis avait temporairement retiré des tablettes des bouteilles de kombucha dont la teneur en alcool était légèrement au-dessus de 0,5 %. En 2017, un joueur de football américain, Michael Floyd, a contesté une arrestation pour conduite en état d’ébriété, alléguant avoir bu « quatre ou cinq bouteilles » de kombucha.

Le kombucha est parfois présenté comme ayant des bienfaits sur la santé, même s'ils n’ont pas été démontrés.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !