•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégation d’agression sexuelle contre le président démissionnaire des conservateurs

Rick Dykstra entouré des micros de journalistes.

Rick Dykstra en mêlée de presse.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après des allégations d'inconduite sexuelle qui ont forcé Patrick Brown à démissionner de son poste de chef conservateur en Ontario, c'est au tour du président démissionnaire du Parti, Rick Dykstra, de faire les manchettes à cause d'une allégation de nature sexuelle.

En annonçant sa démission dimanche soir, M. Dykstra a affirmé simplement qu’il voulait laisser la place à quelqu’un d’autre, après deux ans à la présidence du PC.

Toutefois, selon le magazine Macleans, une jeune employée du Parti conservateur à Ottawa a accusé M. Dykstra d’agression sexuelle en 2014, alors qu'il était député au fédéral.

Elle aurait porté plainte contre lui auprès de la Police d’Ottawa, pour ensuite demander l’abandon des procédures. Aucune accusation n’avait été déposée à l’époque contre M. Dykstra.

De son côté, le chef intérimaire des conservateurs ontariens, Vic Fedeli, dit prendre les allégations « très au sérieux ».

«  »

— Une citation de  Vic Fedeli, chef par intérim du PC

Radio-Canada n’a pas été en mesure de vérifier les allégations contre M. Dykstra; il a été impossible d'obtenir sa réaction pour l'instant.

De son côté, le chef des conservateurs à Ottawa, Andrew Scheer, a qualifié les allégations de « troublantes ». Il a ajouté que, sous sa gouverne, si l'un des candidats du PCC fait face à des allégations similaires, sa candidature sera « annulée immédiatement par le Parti », en attendant la tenue d'une enquête.

Allégation contre un député conservateur

La candidate conservatrice de la région d'Ottawa Goldie Ghamari a écrit sur Twitter qu'un député conservateur l'avait intimidée et harcelée. Le député Randy Hillier a réagi peu après sur Twitter pour dire qu'il n'y avait eu aucun contact physique ni propos déplacé lors d'une rencontre fortuite en 2016 à l'extérieur du Palais des congrès d'Ottawa, alors qu'il était sorti fumer, dit-il. M. Hillier écrit : « Je suis sincèrement désolé si vous vous êtes sentie intimidée. SVP, acceptez mes excuses les plus sincères ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...