•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les veuves de l’attentat de Québec unissent leurs voix pour dire merci

L'une des veuves s'est exprimée publiquement.
L'une des veuves s'est exprimée publiquement. Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe

Plus d'une centaine de citoyens ont répondu à l'appel de la communauté musulmane de Québec, samedi, alors que les six veuves de l'attentat de Québec étaient réunies pour une rencontre publique, un an après la tragédie qui a fauché la vie de leurs maris.

Un texte d’Alain Rochefort et de Charles D’Amboise

Si elles ont rarement pris la parole au cours de la dernière année, les veuves ont uni leurs voix pour la première fois depuis la tragédie. Un moment extrêmement touchant.

Vous ne pouvez savoir à quel point toutes les marques de soutien, de solidarité et d’affection et les témoignages nous ont permis de passer à travers ces moments si difficiles.

Idiatou Barry, veuve de Mamadou Tanou Barry

« Mes enfants se joignent à moi aujourd’hui pour remercier toutes les personnes, toutes les associations, toutes les organisations qui nous ont soutenus tout au long de cette douloureuse année et qui par leurs actions, leurs messages et leur dévouement ont contribué à soulager notre peine », a dit pour sa part Safia Hamoudi, la veuve de Khaled Belkacemi.

L'une des veuves était visiblement émue.L'une des veuves était visiblement émue. Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Un héros prend la parole

Aymen Derbali, l’un des héros de la tragédie, a également pris la parole. Il a été atteint de sept balles après avoir détourné l'attention du tireur pour l'empêcher de faire davantage de victimes, le 29 janvier 2017. Ses jambes sont toutefois paralysées depuis la fusillade.

« C’est vrai que c’est un Québécois qui a semé cette terreur à la Mosquée, mais c’est vrai aussi que ce sont des Québécois, des médecins québécois, le staff médical québécois qui a fait tous ces efforts pour nous sauver. Moi, principalement, je tiens à les remercier », a-t-il déclaré.

Aymen Derbali avait peine à contenir son émotion.Aymen Derbali avait peine à contenir son émotion. Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

De nombreux citoyens se sont rendus à la grande mosquée de Québec, samedi soir, pour échanger entre autres avec des survivants et des proches des victimes.

« Pour moi, un an après, c'est normal de venir redire que je suis solidaire de cette communauté », a souligné Jean-Noël André.

Je trouve que ces personnes-là sont extrêmement résilientes et elles ont beaucoup à nous apprendre dans leur ouverture à la compassion

Yolande Dubé

Des centaines de messages de sympathie reçues au cours de la dernière année ont également été exposées dans une salle de l’établissement ouverte à tous.

Bilan positif

Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, dresse un bilan extrêmement positif de cette rencontre publique.

« Les souvenirs de nos frères [décédés] qui reviennent toujours, mais avec la bonne présence de nos concitoyens, c'est très réconfortant, explique-t-il. On peut dire que le vivre-ensemble, on le vit maintenant. On est ensemble. J'ai parlé à plusieurs de mes concitoyens québécois qui sont venus me voir. Et vraiment, c'est très touchant ».

Documentaire

En après-midi, des dizaines de citoyens ont assisté dans la mosquée à la projection du documentaire Ta dernière marche, qui était présenté au pavillon Desjardins de l’Université Laval.

L’œuvre, qui a été produite par l'organisme ontarien Dawanet Canada, présentait des témoignages de membres des familles proches des victimes et des survivants.

Avec les informations de Fanny Samson

Société