•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand l'art réchauffe le coeur de l'hiver

Une oeuvre en forme de tente transparente, faite de blocs de glace dans lesquels sont fichés de minces troncs d'arbre dénudés de branches qui supportent la toile et lui donnent sa forme. L'oeuvre est installée sur une rivière gelée, sous un pont.
L'oeuvre de Guy Maddin, « Tempe of Lost Things » Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Fourche a dévoilé ce matin les six oeuvres qui remportent le concours international des Warming Huts, ces cabanes artistiques qui permettent au public d'apprécier différemment les promenades en patin ou à pied le long des rivières gelées de Winnipeg, en leur offrant des endroits pour se réchauffer.

Un texte de Geneviève Lapalme avec Sylviane Lanthier

Plus de 180 oeuvres ont été soumises cette année pour le concours.

Les « Warming Huts » font partie du paysage hivernal de Winnipeg depuis près de 10 ans. Elles colorent le sentier de glace des rivières Rouge et Assiniboine et permettent aux citadins qui se promènent de se réchauffer.

Selon Eduardo Aquino, de la faculté d'architecture de l’Université du Manitoba, « la chose la plus difficile pour l'hiver de Winnipeg, c'est de créer des espaces publics pendant l'hiver. Je pense que le festival, les Warming Huts, ça anime beaucoup la ville. »

Toutefois, pour les coordonnateurs du projet et les architectes participants, ces cabanes jouent un rôle beaucoup plus grand : celui de rendre l'architecture et l'art accessibles au quotidien pour le public.

Un homme dehors, sur la glace d'une rivière gelée avec derrière lui une sorte de tente faite de blocs de glace desquels s'élèvent des troncs d'arbre qui supportent une toile transparente. Guy Maddin devant ll'installation qu'il a imaginée. Photo : Radio-Canada

« La ville semble tellement plus vivante lorsque l'architecture est intéressante », explique Guy Maddin, qui a proposé l’oeuvre Temple of Lost Things.

L'hiver est une saison difficile pour beaucoup de gens, mais les Warming Huts rendent l'hiver merveilleux.

Guy Maddin

L'installation éphémère Temple of Lost Things, tout droit sortie de l'imaginaire de Guy Maddin, offre une réflexion philosophique sur le rapport entre l'humain et l'environnement. « C'est fait à partir de choses prises de l'environnement et tout retourne dans l'environnement à la fin », explique l’artiste.

Ces six nouvelles oeuvres s'ajoutent à la vingtaine de cabanes construites au cours des neuf dernières années dans le cadre du projet. Trois d'entre elles ont retenu l'attention du jury à l'issue du concours international des Warming Huts.

Une équipe de Vancouver a voulu représenter l'identité canadienne avec The Trunk, un arbre dans lequel on peut trouver refuge.

 Une oeuvre qui représente un tronc d'arbre, faite de bois. Le tronc s'ouvre à sa base, un peu comme les pans d'une tente, et on peut pénétrer à l'intérieur où se trouce des bancs de bois le long de la paroi. L'oeuvre est située à l'exrérieur près de bâtiments.                         L'oeuvre intitulée The Trunk. Photo : Radio-Canada

L'oeuvre TOTEM, imaginée par une firme d'architecture d'Estonie, en Europe, offre une nouvelle perspective du paysage, les gens étant invités à y grimper pour observer l'horizon à perte de vue.

On voit une sculpture en forme de grands blocs verticaux faite de longues bandes de métal noires, sur une rivière gelée. L'installation The Totem. Photo : Radio-Canada

L'architecte mexicain à l'origine du Golden Bison a voulu réunir deux éléments symboliques du Manitoba dans une oeuvre. « Je me suis inspiré de la couleur du Golden Boy sur le Palais législatif, explique David Alberto Arroyo Taffola. Le Golden Bison est né de la combinaison de ces deux éléments. »

Une oeuvre qui représente un bison géant coloré en jaune. La pièce Golden Bison. Photo : Radio-Canada

Une quarantaine d'étudiants de la faculté d'architecture de l'Université du Manitoba ont aussi mis la main à la pâte pour la confection de l'oeuvre Hugmug et Pontagon, celle-ci étant un prototype de pont pour piétons et cyclistes qui relierait le quartier Osborne au centre-ville de Winnipeg.

installation en forme de tasse. La tasse est renversée et un tapis brun en ressort, imitant du chocolat chaud s'écoulant d'unetasse. On trouve aussi des blocs blancs qui imitent des guimauves.Une cabane qui porte bien son nom : the hug mug. Photo : Radio-Canada

Les curieux peuvent découvrir les nouvelles Warmings Huts ou redécouvrir les anciennes à pied, en vélo ou en patin.

C'est des folies. Ce sont de petites folies sur la rivière. Venez voir. Viens essayer.

Eduardo Aquino, professeur, faculté d'architecture, Univesité du Manitoba

Arts visuels

Arts