•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des normes nationales demandées pour les centres de trampoline

Salle de trampolines

Jay Greenwood est mort à la suite d'un accident au centre Extreme Air à Richmond, en Colombie-Britannique.

Photo : CBC / Extreme Air Park

Radio-Canada

Après la mort d'un Britanno-Colombien dans un centre de trampoline samedi, des inquiétudes ont fait surface quant à la sécurité dans ces espaces de jeu. Pour un expert en sécurité, il y aurait lieu d'encadrer ces centres d'amusement avec des normes nationales pour éviter d'autres drames.

Un texte de Charlotte Dumoulin

Chaque centre de trampoline a ses propres réglementations, explique le Dr Richard Louis, un spécialiste de la prévention des blessures pour le programme de traumatologie du Nouveau-Brunswick. Mais, au Canada, il n'y a pas de normes standardisées, et c’est ce qui devrait être rectifié.

« Pour établir ces standards, ce dont on aurait besoin, c’est d’encourager la recherche parce que n’importe quel standard qui devrait être établi doit être appuyé par la meilleure recherche », croit le Dr Louis.

Drame en Colombie-Britannique

Un homme de 46 ans est mort samedi à la suite d’un accident au centre de trampoline Extreme Air, à Richmond, en banlieue de Vancouver. Selon la Gendarmerie Royale du Canada (GRC), le Britanno-Colombien a fait une chute mortelle en exécutant une série de figures acrobatiques.

En tombant, Jay Greenwood aurait fait un arrêt cardiaque en plus d'avoir subi de graves blessures.

Les témoins parlent d’une scène d’horreur. Ils ont vu l’homme sauter du trampoline et atterrir dans un bassin de cubes de mousse. Le père de famille, qui était venu s’amuser avec ses deux filles, n’en est pas ressorti.

C’est l’une de ses filles qui a alerté les employés. Des secours ont été dépêchés sur les lieux.

Les avocats du centre de trampoline précisent qu’il est impossible de prévenir ce genre de drame et qu’il n’est pas dû à un bris d’équipement.

Extreme Air n’avait pas d’autres commentaires à formuler. Le centre dit que toute son attention est maintenant tournée vers la famille endeuillée.

Un visage d'homme avec lunettes et cheveux blondsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jay Greenwood, 46 ans

Photo : CBC / Facebook

Pas un cas isolé

D’autres accidents survenus dans des centres de trampoline ont été mis en lumière après l’incident de cette semaine.

Sylvie Gilbert, une résidente de Victoria, raconte que sa fille de 8 ans s’est blessée au dos dans un autre centre en Colombie-Britannique, au printemps dernier.

La mère de famille se dit encore une fois fâchée du manque de réglementations entourant cette industrie. « J’espère que ça forcera les instances municipale et fédérale à mettre en place des règles parce que ces [endroits] sont vraiment dangereux », affirme-t-elle.

Aux États-Unis seulement, une chercheuse au Centre médical pour enfants du Connecticut s’est intéressée au nombre de blessures répertoriées en salle d’urgence après une visite dans ce type de centre.

Les données compilées montrent que les accidents sont passés de 581, en 2010, à 6932, en 2014.

Les recommandations

Le Dr Louis encourage les parents à être vigilants lors de sorties dans un centre de trampoline. Il les incite à surveiller les jeunes.

Par ailleurs, Parachute Canada, un organisme consacré à la prévention des blessures et des morts accidentelles a aussi fait des recommandations, notamment celle de ne pas faire de saut périlleux et de manoeuvres acrobatiques sans supervision d'un entraîneur certifié.

L’organisme déconseille également aux enfants de moins de 6 ans de participer à ce genre d’activités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Activités sportives