•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump aurait demandé à limoger le procureur Mueller avant de se raviser

Donald Trump, glissant un mot aux journalistes, lors du Forum économique mondial, à Davos.

Photo : La Presse canadienne / AP/Michael Probst

Reuters

Donald Trump a donné l'ordre en juin dernier de limoger le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016, mais se serait ravisé après le refus du conseiller juridique de la Maison-Blanche, rapporte le New York Times.

Le journal cite quatre personnes au courant de l'affaire. Les avocats et les représentants de la Maison-Blanche, contactés par Reuters, n'ont pas commenté cette information.

À Davos, Donald Trump a démenti. « Fausse information, les gars, fausse information », a-t-il dit aux journalistes.

Robert Mueller a eu connaissance de l'incident au cours des derniers mois, au fil des interrogatoires menés par les membres de son équipe avec plusieurs hauts responsables – anciens et actuels – de la Maison-Blanche, explique le New York Times.

Le procureur spécial, qui enquête aussi sur une éventuelle collusion entre l'équipe de campagne de Trump et la Russie, cherche à savoir si le président américain a fait entrave à la justice.

Selon Trump, l'ancien directeur du FBI ne devrait pas mener cette enquête sur « l'affaire russe », car il y a conflit d'intérêts, rapporte le journal, qui détaille les faits reprochés par Trump.

Le chef de la Maison-Blanche estime que Mueller ne peut pas être impartial en raison d'un litige survenu il y a plusieurs années entre lui et la direction du Trump National Golf Club en Virginie, qui a poussé Mueller à résilier son abonnement au club.

Mueller a par ailleurs travaillé pour un cabinet d'avocats qui représentait auparavant Jared Kushner, le gendre du président.

Il a aussi été auditionné pour revenir à la direction du FBI à la veille de sa nomination à la tête de l'enquête sur « l'affaire russe », en mai dernier.

Le conseiller juridique de la Maison-Blanche, Donald McGahn, a affirmé qu'il préférait démissionner que d'obéir à l'ordre de limoger Mueller, poursuit le New York Times, qui cite deux sources.

Donald McGahn a fait part de son désaccord sur les motifs invoqués par Trump pour congédier Mueller et a souligné qu'une telle démarche pourrait avoir des répercussions néfastes sur la Maison-Blanche, qui pourrait alors être accusée de nuire à l'enquête, ont expliqué ces sources.

Trump s'est alors ravisé, précise le New York Times, dont les sources ont demandé à garder l'anonymat.

Le président américain a affirmé mercredi être disposé à être interrogé sous serment par Mueller. Il a répété ces dernières semaines ne pas faire personnellement l'objet d'une enquête et a encore assuré, mercredi, qu'il « n'y a eu aucune collusion » avec la Russie.

Politique américaine

International